Lead
Une « transition forestière » est une reprise forestière, comme la Suisse en fait l’expérience depuis 1850. La reprise forestière peut être le résultat d’un abandon de surfaces agricoles peu productives alors que le pays se modernise et s’urbanise, ou de politiques publiques et d’initiatives favorisant la protection forestière ou les nouvelles plantations. Les transitions forestières ont récemment été décrites dans plusieurs pays tropicaux, notamment au Vietnam, mais la nature exacte de ces transitions et leurs conséquences en termes de développement restent largement inexplorées.

Lay summary

Contenu et but du projet de recherche

Notre objectif est de contribuer à une meilleure compréhension des transitions forestières tropicales et de leur rôle en termes de développement durable. Sur la base d’un site d’étude situé au centre du Vietnam, nous allons (i) décrire les dynamiques récentes et les causes des changement de la couverture forestière, en incluant la plantation généralisée d’acacias australiens et la succession écologique dans différents types de forêt, (ii) explorer les conséquences de ces changements sur la disponibilité en produits ligneux et non-ligneux et autres types de services écosystémiques tels que la protection des bassins hydrographiques. Nous allons par ailleurs (iii) évaluer, au sein des contextes institutionnels, économiques et de politiques publiques actuels,  les conséquences en termes de moyens de subsistance pour les acteurs locaux et la manière dont ils sont évalués en fonction des différents types de forêts; en particulier, nous allons (iv) examiner l’efficacité des nouvelles politiques publiques de « paiements pour services sylvo-environnementaux ». 

Contexte scientifique et sociétal du projet de recherche

Notre projet générera des informations sur les impacts de divers processus (transformations socio-économiques et de politiques publiques, dynamiques écologiques). Ces informations sont indispensables à un régime de gestion forestière pratique et durable qui maintient, restaure et optimise les fonctions-clefs et les services de l’écosystème, qu’il s’agisse de forêts plantées ou naturelles. La recherche sera associée à des programmes de sensibilisation. Il s’agira principalement de programmes de renforcement des capacités des professionnels de la foresterie, d’échange de savoirs entre acteurs et d’amélioration et innovation en matière de politiques publiques fondées sur des preuves.