Lead
Aucune monographie de littérature secondaire n’est consacrée entièrement à l’analogie chez Aristote. Et pourtant, celle-ci semble être un outil fondamental pour la science aristotélicienne, puisqu’on la trouve presque à chaque page de son œuvre, le plus souvent de façon implicite.

Lay summary

Objectifs du travail de recherche

            L’étude approfondie de la définition et de l’usage de l’analogie permettrait d’aboutir à deux résultats fondamentaux pour la recherche sur la philosophie aristotélicienne. Premièrement, l’analogie pourrait être manifestée comme un outil permettant de faire dialoguer les différentes sciences aristotéliciennes entre elles, alors que celles-ci sont habituellement considérées comme étant indépendantes les unes des autres. Deuxièmement, notre travail pourrait permettre de créer un pont dans la recherche contemporaine entre les études sur la logique aristotélicienne et celles sur sa biologie : nous souhaitons en effet manifester en quoi l’analogie biologique est en accord profond avec la théorie de la science développée notamment dans les Seconds Analytiques.

Au terme de ce travail, je souhaite pouvoir montrer que l’analogie est presque un impensé de la philosophie d’Aristote et de son histoire : elle est partout, mais n’est que très peu explicitée. Cela permettrait de réévaluer l’interprétation générale de l’œuvre d’Aristote, et la manière dont elle est enseignée et vulgarisée.

 

Contexte scientifique et sociétal du projet de recherche

Ce travail pourra, je l’espère, être également utile à la réflexion contemporaine sur l’analogie dont on sait qu’elle intéresse des champs de recherche très diversifiées, de la linguistique à la physique en passant par la médecine, la psychologie, la biologie, les neurosciences, l’épistémologie et la logique.