Lead
Trois questions sont souvent au centre de la caractérisation du réalisme : i) pourquoi et comment certaines représentations (l’idée de triangle, par exemple) se rapportent-elles de manière uniforme à plus d’un individu ? ; ii) si on doit accepter non seulement les individus mais aussi les relations entre eux comme des entités de plein droit (non seulement Paul et Marie, mais aussi la relation dans laquelle ils sont, par exemple d’être de la même taille) ; iii) et si, en plus des relations, on doit accepter des complexes comme le fait que Paul soit de la même taille que Marie, et quels rôles sont censé jouer ces soi-disant faits, qu’on appelle aussi communément des états de choses ? En caractérisant ces trois questions à partir de deux traditions de l’histoire de la philosophie pour lesquelles elles ont été centrales, le projet vise à identifier, définir, et classifier les types de réalismes dont s’inspirent encore aujourd’hui tant la tradition analytique que continentale.

Lay summary

Contenu et objectifs du travail de recherche

Ce projet se concentre sur trois questions centrales de l’ontologie, articulées en trois axes thématiques : les universaux, les relations, les états de choses. Ces thèmes seront étudiés dans les traditions austro-allemande (issue des œuvres de Bolzano et Brentano, de 1837 à 1948) et médiévales (la scolastique latine des douzième, treizième et quatorzième siècles), deux périodes de l’histoire de la philosophie qui appartiennent à (et se revendiquent explicitement de) la tradition aristotélicienne, ce qui explique leurs affinités frappantes, tant au niveau des questions traitées que de la manière de faire de la philosophie.

Le projet a pour objectif central de clarifier le concept de réalisme. Ses buts plus spécifiques sont les études respectives et comparatives des théories des universaux, des relations et des états de choses dans les traditions austro-allemande et médiévale. La réalisation d’une telle entreprise comparative exige que l’on dispose d’une méthode fiable et appropriée. C’est pourquoi les trois axes thématiques du projet sont complétés par un axe méthodologique dont le but est d’élaborer un modèle interprétatif historiquement neutre (un quartum comparationis) et d’en déterminer les conditions d’application. À ces trois objectifs secondaires vient s’ajouter le volet éditorial du projet, qui prévoit la publication en langue originale de textes clés inédits appartenant aux deux traditions étudiées. 

 

Contexte scientifique et social du projet de recherche

Avec son approche méthodologique basée sur un modèle interprétatif historiquement neutre, le projet intègre à la fois des spécialistes en philosophie médiévale et en philosophie austro-allemande des 19èmeet 20èmesiècles. La collaboration des spécialistes de ces deux domaines contribuera à un décloisonnement de ces deux spécialités et permettra le développement de nouveaux outils comparatifs en histoire de la philosophie.