Lead
A en croire nombre de philosophes et de psychologues contemporains, la vie bonne ne se limiterait pas au fait d’être heureux : il faudrait en plus qu’elle « ait du sens ». Mais qu’est-ce que cela veut dire pour une vie « d’avoir du sens ? »

Lay summary

Dans ce projet, notre but est de parvenir à une meilleure compréhension de l’idée répandue selon laquelle certaines vies ont plus de « sens » que d’autres. Nous aborderons cette question du point de vue des émotions, en nous concentrant sur l’étude d’une classe d’émotions que nous avons appelées « eudémoniques » et qui ont pour particularité d’intégrer le sentiment que leur objet a une importance spéciale pour notre vie. Parmi ces émotions, on trouve de nombreuses émotions positives, comme le fait d’être ému ou le sentiment du sublime, mais aussi des émotions négatives comme le deuil.

Dans un premier temps, nous développerons une taxonomie des différentes émotions eudémoniques, en fonction des différents objets auxquels elles s’attachent. Nous explorerons aussi la façon dont ces émotions peuvent transformer nos valeurs et nous motiver à agir en conséquence. Puis, dans un deuxième temps, nous étudierons les intuitions du sens commun au sujet de ce que signifie pour une vie « d’avoir du sens », en cherchant à déterminer le rôle joué par les émotions dans leur genèse. Cela nous permettra de déterminer dans quelle mesure ces intuitions sont fiables et, dans un troisième et dernier temps, de nous appuyer dessus pour développer une théorie philosophique de la vie bonne.

En clarifiant ce que nous voulons dire quand nous disons que nous désirons que notre vie ait du sens, ce projet permettra de mieux comprendre certains phénomènes dans lesquels ce désir joue un rôle clé : mysticisme, pseudo-sciences, ou radicalisation.