Lead
Parent pauvre des études sur le « display of art », le Moyen Age, révèle contrairement aux idées reçues, toute une série de stratégies conscientes visant à favoriser la visibilité et/ou l’invisibilité des objets sacrés, en particulier des reliquaires, à travers l’usage de dispositifs d’exposition divers.

Lay summary

Contenu et objectifs du travail de recherche

L’une des premières questions de la recherche concerne la notion même de « display » à travers l’étude lexicale des termes (desploi, displicare) ayant abouti à ce dernier. Les objets d’études sont les reliquaires réalisés entre le début du 13e siècle et la fin du 15e siècle, au moment où s’opère, selon notre hypothèse, un changement de paradigme: il semble que ce sont désormais les qualités propres au desploi de ces objets – et non plus leur matérialité – qui se chargent de rendre présent l’invisible ici-bas. Le phénomène du display sera envisagé à deux niveaux distincts, celui de l’objet individuel – seront privilégiées ici deux catégories de reliquaires : les bras-reliquaires et les armoires-reliquaires/à reliques –  et celui des ensembles d’objets. A côté de l’examen de la double dimension optique et haptique de la plupart de ces dispositifs, particulièrement évidente dans le cas des reliquaires ajourés, l’attention sera également portée à la biographie de ces reliquaires à travers leur étude matérielle (remploi, transformations, amplification par accumulation, etc.), afin de comprendre la dynamique de ces objets dans leurs multiples usages, notamment rituels.

 

Contexte scientifique du projet de recherche

Ce projet en histoire de l’art médiéval entend conjuguer différentes approches complémentaires sur une même classe d’objets, qu’il s’agisse de leur étude matérielle, historique, iconographique ou visuelle, sur une période longue de plus de deux siècles.

 

Mots-clés/Key words

Display, dispositif, arrangement, apparatus, deployment, device, exhibition, collection, reliquaries, re-use, visibility/invisibility, sacrality.