Lead
La recherche examine l’expérience de guerre des médecins (hommes et femmes) soviétiques durant la dernière guerre de l’URSS. Elle remet au centre de l’analyse les acteurs, en mobilisant une perspective de genre et d’histoire pragmatique.

Lay summary

Contenu et objectifs:

Cette recherche se penche sur l’expérience des médecins soviétiques durant la Guerre d’Afghanistan, en questionnant les rapports de genre qui se (re)produisent dans un contexte d’extrême violence, par l’analyse des pratiques des acteurs. Seul groupe mixte, les médecins occupent une position qui les situe à la marge de la communauté militaire, permettant ainsi de questionner la production des normes de genre. 

L’analyse de la reconfiguration des rapports de genre se déroule en trois temps, suivant des moments-clés de l’expérience de guerre. 1) Il s’agit de saisir les représentations de genre des médecins lors de leur arrivée en Afghanistan, construites par le discours militaro-viril et le discours médical. 2) Au quotidien, ils et elles agissent selon des pratiques ayant des effets sur la production des rapports de genre, mais aussi des présentations de soi. Ils et elles interviennent sur le corps des autres par les soins, mais ils et elles doivent gérer également leur propre corps. 3) Il s’agit de questionner la sortie de guerre des médecins et de leur réadaptation dans la société soviétique. 

Contexte scientifique et social du projet:

En s’appuyant sur des ego-documents, la recherche s’inscrit dans les derniers développements sur la question du quotidien à la guerre, de la construction de la subjectivité soviétique et de l’utilisation de la perspective de genre pour saisir le phénomène guerrier. Elle permet ainsi de questionner le conservatisme spécifique qui s’y construit et qui est réactivé actuellement en Russie.