Lead
Les êtres humains sont parfois irrationnels dans ce qu’ils croient ou tiennent pour vrai. C’est un fait reconnu et les psychologues en ont fait la preuve de diverses manières.Il semble exister diverses formes d’irrationalité cognitive. Certaines formes sont pathologiques. C'est le cas, par exemple, des croyances que les personnes anorexiques entretiennent à propos de leur poids ou des croyances délirantes des schizophrènes. D’autres formes d’irrationalité cognitive sont plus communes. C’est le cas de l’auto duperie, c'est-à-dire, du processus grâce auquel nous nous trompons nous-mêmes de manière à ne pas considérer la réalité telle qu'elle nous apparaît (par exemple, lorsque nous refusons de croire que notre fils va redoubler son année scolaire). L’objectif de ce projet de recherche est d’examiner les éventuels points de convergence des formes pathologiques et non-pathologiques d’irrationalité cognitive.

Lay summary

 Les êtres humains sont parfois irrationnels dans ce qu’ils croient ou tiennent pour vrai. C’est un fait reconnu et les psychologues en ont fait la preuve de diverses manières. Il semble y avoir diverses formes d’irrationalité cognitive. Certaines formes sont pathologiques. C’est, par exemple, le cas de l’irrationalité qui caractérise la croyance du jeune homme anorexique ou des croyances délirantes des schizophrènes. D’autres formes d’irrationalité cognitive sont plus communes. C’est le cas de l’auto duperie, c'est-à-dire, du processus grâce auquel nous nous trompons nous-mêmes afin de ne pas considérer la réalité telle qu'elle nous apparaît. L'auto duperie, contrairement aux formes pathologiques d'irrationalité cognitive, n'est pas un phénomène rare. Qui ne connaît pas quelqu'un qui persiste à croire que son enfant est le plus doué de sa classe malgré ses mauvais résultats ou quelqu'un qui refuse de croire aux dangers du tabac, etc?

L’objectif général de ce projet de recherche est d’examiner les éventuels points de convergence des formes pathologiques et non-pathologiques d’irrationalité cognitive. Ces divers types d'irrationalité cognitive n'ont-ils vraiment rien en commun, comme leur catégorisation dans les domaines du "pathologique" et du "normal" pourrait laisser penser? Notre hypothèse initiale est qu'ils ont quelque chose en commun.

L'objectif plus spécifique de ce projet de recherche est d'améliorer la description philosophique existante de ce phénomène courant d'irrationalité cognitive qu'est l'auto duperie.