Lead
Despite the availability of efficient vaccines, measles virus (MeV) and canine distemper virus (CDV) are still associated with major impacts on human and animal health. Global eradication of MeV is considered feasible if 95% herd immunity would be achieved. However, increasing anxiety concerning the vaccine’s safety in industrialized countries and sub-optimal delivery in developing countries continue to foster measles outbreaks. Meanwhile, CDV exhibits an ever-increasing host range in animals with recent threatening outbreaks in monkeys, hence raising concerns about its adaptation to humans. In this project, we aim at refining our knowledge on the mechanistic and structural framework that defines MeV and CDV cell entry systems. We then plan to extract “druggable” microdomains from these mechanistic studies and subject them to a structure-based drug discovery campaign.

Lay summary

La famille des virus Paramyxoviridae comprend un grand nombre de virus qui peuvent avoir des effets critiques sur la santé humaine et animale. Parmi ceux-ci, se trouve le virus de la rougeole qui continue de tuer plus de 120’000 personnes par année, malgré le fait qu’un vaccin très efficace soit disponible. En parallèle, le virus de la maladie de Carré (Canine Distemper Virus; CDV), la version animale du virus de la rougeole, possède la caractéristique unique d’infecter non seulement les chiens, mais aussi un nombre toujours plus important d’animaux carnivores. Récemment, il a été démontré que CDV a évolué et infecte maintenant de nouvelles espèces telles que le singe, des épidémies très sévères ayant été signalées. Ces épidémies confirment la capacité inquiétante de CDV à acquérir rapidement les modifications moléculaires nécessaires à l’infection de nouvelles espèces, devenant une menace potentielle pour la santé humaine. Ainsi, le projet proposé s’articule tout d’abord autour de la compréhension de l’entrée du virus de la rougeole et de CDV dans les cellules hôtes puis, dans un deuxième temps, autour du développement d’antiviraux à large spectre.

Au-delà du potentiel d’améliorer et de protéger de manière significative la santé humaine et animale, nous pensons que de tels inhibiteurs pourraient également jouer un rôle essentiel dans la campagne mondiale visant à éradiquer le virus de la rougeole de la planète. En effet, malgré l’efficacité excellente du vaccin et le travail remarquable des services de santé humaine, le seuil fatidique de 95% de couverture vaccinale, qui mènerait à une éradication complète du virus de la rougeole, n’est toujours pas atteint. Par conséquent, l’approche qui consisterait à combiner la vaccination avec des traitements antiviraux pourrait se révéler cruciale pour atteindre l’objectif de l’OMS, à savoir l’éradication globale du virus de la rougeole.