Lead
L'orthodoxie moderne en philosophie de la connaissance veut que nous considérons une croyance comme justifiée (appropriée) lorsqu’elle est étayée par des preuves ou des données probantes suffisantes. Or des difficultés importantes apparaissent lorsque nous essayons de préciser ce qu'est preuve ou donnée probante exactement. Ce qui indique la nécessité d'une révision de la conception orthodoxe de la justification épistémique.

Lay summary

La majorité de philosophes modernes qui maintiennent qu'une croyance est justifiée lorsqu’elle est basée sur des preuves ou des données probantes suffisantes, caractérisent les preuves/données comme ce qui semble être le cas depuis la perspective du sujet qui les possède (l'approche phénoménale). De l'autre côté, récemment il était démontrée que même nos propres certitudes ne nous sont pas entièrement lumineuses, c'est-à-dire, nous pouvons nous tromper même sur comment les choses nous semble apparaître. Ce qui met en doute le bien fondée de toute l'approche phénoménale. L'objectif du présent projet est de contribuer au développement d'une meilleure conception de données probantes, celle qui les caractérise en termes de connaissance (l'approche épistémique).

 Dans un premier temps nous allons examiner plus en détail le rôle exacte des preuves ou données probantes. Dans un deuxième temps nous allons examiner les arguments en faveur de l'approche épistémique. Et dans un troisième temps, nous allons répondre aux objections contre l'approche épistémique.

 Une clarification du concept de preuve peut apporter une contribution aux domaines qui font usage cette notion. Notamment, le domaine légale, la nouvelle paradigme de la médecine basé sur des preuves (evidence based medicine), ou encore la méthodologie scientifique en un sens large.