Lead


Lay summary
Cette recherche vise à étudier l'aristocratie vaudoise des XIe - XVe s., en s'attachant à caractériser ses structures familiales et les manifestations de son identité nobiliaire. Il entend repérer les différentes stratégies mises en oeuvre par ces familles: modes de dévolution patrimoniale et politiques d'alliances matrimoniales, mais aussi affirmation d'une identité nobiliaire par la transmission des noms, l'adoption d'un système héraldique et la construction d'une mémoire par des traditions funéraires spécifiques.Le cadre géographique retenu est celui du pays de Vaud savoyard, soit le canton de Vaud actuel et les parties méridionales et occidentales du canton de Fribourg , ancien comté de Gruyère compris. Si la recherche débutera au XIe s., quand apparaissent dans les sources ecclésiastiques les premiers représentants de l'aristocratie laïque, il est évident que les trois derniers siècles du Moyen Age (XIIIe, XIVe et XVe s.) seront privilégiés, en raison de l'abondance de la documentation. En grande partie inédite, cette dernière est conservée aux Archives cantonales vaudoises, aux Archives de Fribourg ainsi qu'aux Archives d'Etat de Turin. Elle est constituée prioritairement par des actes de famille (testaments, contrats de mariage, partages d'hoirie), mais aussi par des documents de tradition ecclésiastique. Une attention particulière sera accordée aux sources héraldiques (sceaux, objets, armoriaux), afin de percevoir les interactions entre l'émergence et le développement du système emblématique et l'évolution des structures et de l'identité familiale. Ces deux phénomènes seront insérés dans la dynamique de l'évolution des élites vaudoises entre 1000 et 1500. Seront examinées dans le détail les mutations des XIIIe - XIVe s., qui connaissent à la fois une révolution documentaire, la cristallisation du système héraldique, la mise en place de structures étatiques mais aussi une généralisation de la ramification lignagère et la diffusion de la coseigneurie. La publication d'une telle recherche sur les structures familiales et l'identité nobiliaire de l'aristocratie vaudoise permettra de situer cette dernière dans le cadre plus large des nombreuses études récentes des médiévistes sur la parenté et l'aristocratie, tout en mettant en évidence d'éventuelles spécificités, voire en développant des problématiques encore peu explorées (ramification lignagère, coseigneurie, Etat et lignages, etc.).