Project

Back to overview

Transnationalisme et TIC: nouveaux défis pour l'intégration des migrants en Suisse? L'exemple des migrations roumaines.

English title Transnationalism and ICTs : new challenges for the migrants' integration in Switzerland? The Romanian example.
Applicant Hainard François
Number 124842
Funding scheme Project funding (Div. I-III)
Research institution Institut de sociologie et de sciences politiques Université de Neuchâtel
Institution of higher education University of Neuchatel - NE
Main discipline Sociology
Start/End 01.10.2009 - 30.09.2012
Approved amount 240'148.00
Show all

Keywords (10)

International migration; transnationalism; integration; information and communication technologies; public policies; identity; migrant individual strategies; diasporic medias; Romania; Switzerland

Lay Summary (French)

Lead
Lay summary
La diversité des flux actuels d'information et de communication, la large accessibilité des TIC et l'intensité des connexions et des échanges à distance que celles-ci rendent possibles, transforment les processus migratoires, stimulant de nouvelles formes de circulation et de participation transnationales. Ces transformations soulèvent de nombreuses questions quant à l'adéquation des politiques d'intégration des migrants, mises en œuvre par les Etats d'accueil. Dans cette perspective, le principal objectif de cette recherche est de comprendre comment s'articule la capacité des migrants transnationaux à se mouvoir dans des espaces sociaux élargis, à manier des référents identitaires multiformes et à agir par-dessus les frontières étatiques, avec l'idéal d'homogénéité et d'appartenance mono-culturelle de l'Etat-nation et les politiques d'intégration sous-jacentes. En se penchant sur l'étude de l'impact des TIC, et notamment de l'Internet, de la téléphonie mobile et des médias satellitaires, sur les dynamiques transnationales dans lesquelles s'engagent les migrants roumains en Suisse, cette recherche interroge le rôle des TIC dans l'émergence de nouvelles formes d'être et d'appartenir des migrants, ainsi que dans les nouveaux rapports au territoire, à la culture et à la nation. Nous faisons l'hypothèse que, d'une part, les TIC confèrent aux individus la possibilité de multiplier leurs ancrages, de s'approprier des valeurs cosmopolites, de développer des biographies déterritorialisées et d'agir à distance en temps réel. D'autre part, elles rendent les racines identitaires portables, permettent de cultiver et défendre des valeurs particularistes et de continuer à s'identifier à une culture d'origine tout en habitant le monde. Ces réalités invitent à mettre à plat, dans un deuxième temps, les défis que ces transformations représentent pour l'intégration des migrants dans les sociétés d'accueil et à interroger l'évolution de la notion d'intégration compte tenu des pratiques actuelles des migrants. Sur le plan méthodologique, cette étude adopte une démarche inductive et qualitative. Afin d'étudier comment les migrants se servent de façon cumulative ou dissociée des différentes TIC (www, email, chat, groupes de discussion, blogs Internet, mais aussi téléphonie mobile, skype, sms ou télévision par satellite, etc.), nous ferons appel à une approche multi-méthodes mobilisant un ensemble d'outils et de techniques de collecte de données (entretiens semi-directifs, méthode du carnet, netnographie et analyse des corpus webographiques, focus groups).
Direct link to Lay Summary Last update: 21.02.2013

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Publications

Publication
Introduction. Histoire, constantes et transformations récentes des dynamiques migratoires en Roumanie
Nedelcu Mihaela, Michalon Bénédicte (2012), Introduction. Histoire, constantes et transformations récentes des dynamiques migratoires en Roumanie, in Revue comparative d'études est-ouest, 41(4), 5-28.
Les migrants roumains online : identités, habitus transnationaux et nouveaux modèles du lien social à l’ère du numérique
Nedelcu Mihaela (2012), Les migrants roumains online : identités, habitus transnationaux et nouveaux modèles du lien social à l’ère du numérique, in Revue d'Etudes Comparatives Est Ouest, 41(4), 49-72.
Migrants’ new transnational habitus: rethinking migration through a cosmopolitan lens in the digital age
Nedelcu Mihaela (2012), Migrants’ new transnational habitus: rethinking migration through a cosmopolitan lens in the digital age, in Journal of Ethnic and Migration Studies, 38(9), 1339-1356.
La Roumanie et ses migrations, 20 ans après la chute du communisme
Michalon Bénédicte, Nedelcu Mihaela (ed.) (2010), La Roumanie et ses migrations, 20 ans après la chute du communisme, NecPlus, Paris.
« Cybercitoyenneté » et mobilisation en ligne des migrants : nouvelles formes de participation transnationale et d’action collective à l’ère du numérique
Nedelcu Mihaela (2010), « Cybercitoyenneté » et mobilisation en ligne des migrants : nouvelles formes de participation transnationale et d’action collective à l’ère du numérique, in Migrations Société, 22(132), 139-153.
(Re)penser le transnationalisme et l'intégration à l'ère du numérique. Vers un tournant cosmopolitique dans l'étude des migrations internationales?
Nedelcu Mihaela (2010), (Re)penser le transnationalisme et l'intégration à l'ère du numérique. Vers un tournant cosmopolitique dans l'étude des migrations internationales?, in Revue Européenne des Migrations Internationales, 26(2), 33-55.
Netizenship and migrants’ online mobilisation: new forms of transnational participation and collective action in the digital era
Nedelcu Mihaela, Netizenship and migrants’ online mobilisation: new forms of transnational participation and collective action in the digital era, in Rigoni Isabelle, Saitta Eugénie (ed.), Palgrave Macmillan, UK.

Scientific events

Active participation

Title Type of contribution Title of article or contribution Date Place Persons involved
2. Bridge Final Conference “ICT for Social Inclusion and Cultural Diversity!” University of Barcelona 10.03.2011 Barcelona
IMISCOE International Conference, ICT and Migration 10.11.2010 Deusto University, Bilbao Espagne


Self-organised

Title Date Place
Migrant Transnationalism and Integration in Digital Era 25.11.2011 Université de Neuchâtel

Abstract

L’augmentation de la mobilité et la généralisation des TIC à large échelle sont les deux principales sources des transformations de notre monde en voie de globalisation. Ce sont aussi les deux phénomènes à l’origine d’une part, du changement de la façon dont les individus se positionnent et perçoivent leur position dans le monde, d’autre part, de la transformation des structures sociales dont ils font partie (Glick Schiller et al., 2005). Quant aux phénomènes migratoires actuels, ils sont indissolublement encastrés dans les dynamiques d’interconnexion de la société de l’information (Castells, 1998 ; 2001). La diversité des flux actuels d’information et de communication, la large accessibilité des TIC et l’intensité des connexions et des échanges à distance que celles-ci rendent possibles, changent la nature même des migrations internationales (Ros et al., 2007), stimulant de nouvelles formes de circulation et de participation transnationales et d’identification à un univers cosmopolite (Nedelcu, 2008). Les TIC concourent aussi à l’émergence d’une nouvelle culture du lien et de l’action à distance. Par ailleurs, elles accélèrent la transformation des sociétés de l’intérieur, conduisant à une sorte de ‘cosmopolitanization of nation-state societies’ (Beck, 2006) sous-jacente à la globalisation. Cette transformation engage une vision pluraliste des appartenances et de la possibilité d’occuper différentes positions sociales en rapport avec différentes sociétés nationales (Sassen, 1998, 2003). En même temps, tant le territoire que la communauté perdent de leur rationalité dominante, le monde fonctionnant surtout en réseaux (Castells, 1998 ; Wellman, 2001 ; Wellman et Haythornwaite, 2002). Ces transformations sont des signes indéniables d’un « cultural turn » qui représente un défi de taille non seulement pour l’Etat-nation, mais aussi pour l’épistémologie des sciences sociales. Elles exigent un renouveau des approches théoriques et conceptuelles dans l’étude des migrations internationales ; en même temps, elles soulèvent de nombreuses questions quant à l’adéquation des politiques d’intégration des migrants, mises en œuvre par les Etats d’accueil. Dans cette perspective, le principal objectif de cette recherche est de comprendre comment s’articule la capacité des migrants transnationaux à se mouvoir dans des espaces sociaux élargis, à manier des référents identitaires multiformes et à agir par-dessus les frontières étatiques, avec l’idéal d’homogénéité et d’appartenance mono-culturelle de l’Etat-nation et les politiques d’intégration sous-jacentes. En se penchant sur l’étude de l’impact des TIC, et notamment de l'Internet, de la téléphonie mobile et des médias satellitaires, sur les dynamiques transnationales dans lesquelles s’engagent les migrants roumains en Suisse, cette recherche fera apparaître deux champs majeurs de discussion au sujet de la « glocalisation » et du transnationalisme migrant. Il s’agit premièrement de la transformation de la sphère nationale de l’expérience et de l’émergence des nouveaux habitus transnationaux. Ainsi, le questionnement constituant le fil conducteur de ce projet peut être formulé de la sorte : quel rôle jouent les TIC dans l’émergence de nouvelles formes d’être et d’appartenir des migrants, ainsi que dans les nouveaux rapports au territoire, à la culture et à la nation ? Nous faisons l’hypothèse que, d’une part, les TIC confèrent aux individus la possibilité de multiplier leurs ancrages, de s'approprier des valeurs cosmopolites, de développer des biographies déterritorialisées et d'agir à distance en temps réel. D'autre part, elles rendent les racines identitaires portables, permettent de cultiver et défendre des valeurs particularistes et de continuer à s'identifier à une culture d'origine tout en habitant le monde. Ces réalités invitent à mettre à plat, dans un deuxième temps, les défis que ces transformations représentent pour l’intégration des migrants dans les sociétés d’accueil et à interroger l’évolution de la notion d’intégration compte tenu des pratiques actuelles des migrants. La question qui en découle sera de comprendre la façon dont les pratiques transnationales des migrants médiatisées par les TIC interfèrent (de manière complémentaire ou dichotomique) avec les attentes d’intégration des étrangers telles que définies à travers la politique de la Confédération. Il s’agira en particulier de regarder quelle place occupe la participation sociale et politique à la vie de la société d’accueil dans ces nouveaux modes de vie imprégnés par la « coprésence » et la participation à distance à la société d’origine ; de comprendre aussi, si les pratiques transnationales médiatisées par les TIC entravent l’acquisition des compétences nécessaires pour une bonne intégration ; ou, au contraire, permettent de diversifier les ressources dont disposent les migrants et encouragent une participation égalitaire à toutes les sphères de la vie sociale, économique et politique, tout en favorisant le maintien des cohésions et des spécificités ayant trait à l’origine et au parcours migratoire.Afin de répondre à ces questions, cette recherche s’appuie sur un cadre théorique qui mobilise la richesse conceptuelle de l’approche transnationale. En même temps, en soulignant que l’étude des phénomènes migratoires à l’ère du numérique demande une « sensibilité transnationale » des outils de recherche, elle va enrichir le débat critique quant aux limites épistémologiques du nationalisme méthodologique ; pour cela, elle propose de s’inspirer du programme de la sociologie cosmopolitique d’Ulrich Beck (2006) afin de jeter un regard neuf sur la diversité d’interdépendances entre Etats et individus, à différents niveaux et échelles d’agrégation. Reposant sur une optique de « double inclusion », cette approche engendrera de nouvelles interprétations des appartenances multiples, car dans cette optique il est possible et légitime d’occuper différentes positions sociales en rapport avec différentes sociétés nationales, et d’être à la fois dedans et dehors. La transnationalité sera dès lors comprise comme partie intégrante de la redéfinition du national.Sur le plan méthodologique, le caractère pionnier et exploratoire de cette étude exige d’adopter une démarche inductive et qualitative. Afin d’étudier comment les migrants se servent de façon cumulative ou dissociée des différentes TIC (www, email, chat, groupes de discussion, blogs Internet, mais aussi téléphonie mobile, skype, sms ou télévision par satellite, etc.), nous ferons appel à une approche multi-méthodes mobilisant un ensemble d’outils et de techniques de collecte de données (entretiens semi-directifs, méthode du carnet, netnographie et analyse des corpus webographiques, focus groups). Empiriquement, cette recherche portera sur les migrants roumains, absents jusqu’ici dans les études sociologiques des migrations en Suisse. Les entretiens seront réalisés principalement dans les cantons de Vaud, Genève et Neuchâtel en Suisse romande et ceux de Berne et Zürich en Suisse alémanique. Cette démarche sera complétée par une analyse secondaire de données statistiques afin de dresser le profil des migrants roumains en Suisse et l’évolution récente des flux et des stocks, ainsi que d’une analyse documentaire des textes de loi afin de mettre à plat les dimensions des politiques d’intégration des étrangers en Suisse.A l’heure actuelle il n’existe aucune étude en Suisse portant sur l’impact des TIC dans les pratiques transnationales des migrants, et plus généralement sur les dynamiques migratoires. Cette recherche contribuera sans doute à combler cette lacune, en apportant également un regard neuf sur les processus migratoires en Suisse, dans une perspective transnationale. Elle pourra aussi offrir des pistes de réflexion quant à l’amélioration des politiques d’intégration afin de tenir compte de la réalité des identités complexes et des pratiques « glocales » des migrants.
-