Project

Back to overview

Les confréries dévotionnelles dans la région alpine (1700-1850).

English title Devotional brotherhoods in the Alps (1700-1850).
Applicant Guzzi-Heeb Sandro
Number 184975
Funding scheme Project funding (Div. I-III)
Research institution Institut d'Histoire Université de Lausanne
Institution of higher education University of Lausanne - LA
Main discipline Swiss history
Start/End 01.01.2020 - 31.12.2023
Approved amount 758'011.00
Show all

Keywords (12)

XIXe siècle; Suisse; époque moderne; campagnes; politique; analyses de réseaux/milieux; micro-histoire; bases de données généalogiques; religion populaire; femmes; confréries; religion catholique

Lay Summary (French)

Lead
Les confréries dévotes représentent l’une des organisations horizontales les plus importantes dans l’Europe moderne. Malgré leur importance, elles figurent pourtant parmi les grandes absentes de l’historiographie suisse.
Lay summary

Contenu et objectifs du travail de recherche

 

Les confréries sont présentes dans pratiquement toutes les paroisses catholiques des XVIIIe et XIXe siècles, et souvent, plusieurs coexistent dans le même village. Elles encadrent donc des milliers d’hommes et très souvent des femmes également. Les pays réformés ne connaissent pas d’organisations comparables, ce qui soulève des questions intéressantes sur les différences entre les confessions.

Même si l’histoire des confréries est désormais assez bien connue, les profils des confrères et surtout des consœurs restent toutefois encore vagues. Il est donc nécessaire de passer - pour utiliser une formule simple - de l’histoire des confréries à l’histoire des confrères - et consœurs. C’est l’idée qui est au cœur de notre projet.

Notre enquête se concentre sur le Valais romand et les bailliages qui constituent aujourd’hui le canton du Tessin, durant les XVIIIe et XIXe siècles.

 

 

Contexte scientifique et social du projet de recherche

 

Notre projet vise à mieux comprendre l’organisation des sociétés catholiques suisses, en mettant en lumière l’importance concrète de la religion dans la vie des femmes et des hommes. Une question centrale concerne l’histoire des femmes : ont-elles un rôle purement subordonné au sein de la sphère religieuse, ou l’activité dans les confréries leur ouvre-t-elle des espaces de visibilité, voire de pouvoir?

Direct link to Lay Summary Last update: 19.11.2019

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Project partner



Corporate bodies

Name Address
Centre régional d'étude des populations alpines - CREPA Centre régional d'étude des populations alpines - CREPA Rue Saint-Honoré 14 1933 CH-Sembrancher

Abstract

Les confréries et les associations dévotionnelles catholiques figurent parmi les grandes absentes de l’historiographie suisse. En cela, notre pays se distingue désormais assez clairement d’autres pays européens, où le sujet a attiré une attention croissante pendant les dernières décennies.Ce silence est d’autant plus surprenant que les confréries et les associations dévotes doivent être considérées comme l’un des types d’organisations horizontales parmi les plus importants - sinon les seuls - dans les villes et les campagnes de l’Europe moderne. Les pays de confession réformée ne connaissent pas d’organisations comparables, ce qui soulève des questions très intéressantes sur les différences d’organisation des sociétés de confession différente.En parcourant les ouvrages disponibles, une question se pose : peut-on affirmer que l’histoire des confréries est désormais bien connue au niveau continental ? La réponse n’est certainement pas facile : si beaucoup a été fait sur les associations dévotes en tant que sujets collectifs, les profils des confrères et surtout des consœurs restent encore passablement vagues et en partie nébuleux. Pour progresser de façon décisive dans ce domaine il est probablement nécessaire de passer - pour utiliser une formule simple - de l’histoire des confréries à l’histoire des confrères - et consœurs. C’est l’idée qui est au cœur de notre projet de recherche.Notre enquête se concentre sur deux régions alpines suisses qui ont connu une floraison d’associations dévotes tout à fait remarquable pendant l’époque moderne : le Valais romand et les bailliages qui constituent aujourd’hui le canton du Tessin. La période de l’enquête couvre le XVIIIe et la première moitié du XIX siècle, une époque de grandes transformations, dans laquelle les confréries ont passablement évolué et ont vraisemblablement acquis une fonction plus explicitement politique.Cinq questions prioritaires seront à la base de notre démarche scientifique : la première concerne la relation entre adhésion à une confrérie et identité socio-culturelle ; la deuxième interroge les rapports changeants entre confréries et conflits politiques, notamment à l’époque de la révolution française et de l’avènement du libéralisme. La troisième question se focalise sur la religiosité prônée par les différentes associations dévotes et les frontières entre religion « institutionnelle », plus ou moins contrôlée par le clergé, et les pratiques religieuses vécues par la population, souvent en conflit avec les curés et les évêques. Le quatrième point reprend une question soulevée par de nombreuses études sur les confréries : les logiques de recrutement et de composition des associations. La parenté joue-t-elle un rôle significatif ? Ou plutôt des logiques de quartier, ou de voisinage ? L’analyse de réseaux pourra fournir des indications très importantes à ce propos. La dernière question concerne le rôle des femmes dans les associations dévotes. Un rôle bien connu, en soi : mais est-ce un rôle purement subordonné, comme la plupart des études le suggèrent ? Ou les charges et hiérarchies féminines présentes dans plusieurs associations ouvraient-elles aux femmes des espaces de pouvoir, de visibilité, d’influence, en partie formalisés ?
-