Project

Back to overview

Rome aux siècles "obscurs". Les lumières de la communication visuelle, Ve-XIe siècles

Applicant Croci Chiara
Number 192854
Funding scheme Project funding (Div. I-III)
Research institution Section d'Histoire de l'Art Faculté des Lettres Université de Lausanne
Institution of higher education University of Lausanne - LA
Main discipline Visual arts and Art history
Start/End 01.09.2020 - 31.08.2023
Approved amount 420'069.00
Show all

Keywords (17)

peinture; iconographie; ottoniens; archéométrie; culture visuelle; épigraphie; archéologie; historiographie; papauté; Rome; géographie artistique; mosaïque; haut Moyen Âge; carolingiens; goths; style; byzantins

Lay Summary (French)

Lead
Ce projet se propose de combler la lacune constituée par l'étude de la culture visuelle et matérielle de la ville de Rome entre le Ve et le XI siècles par une approche interdisciplinaire et novatrice qui conjugue les outils de l'histoire de l'art et de l'architecture, de l'archéologie et de l'archéométrie ainsi que des études liturgiques et épigraphiques.
Lay summary
Cette recherche fait partie d’un projet international (Lausanne, Rome, Brno) portant sur la culture visuelle et matérielle de Rome entre le Ve et le XIe siècle. Ces siècles constituent le trou noir de l’historiographie artistique romaine: une lacune enracinée dans les études de la Renaissance ayant présenté cette période comme le moment le plus sombre de l’histoire de la ville et aggravée par la dévalorisation systématique et perdurante de la culture byzantine. La Rome de ces siècles se présente comme un cas d'étude privilégié où une stratégie de communication visuelle a été mise en place par l’Église dans tous les espaces sacrés et profanes. Pour saisir la profondeur du problème, un recensement du patrimoine pictural et des inscriptions contenues dans les fresques et les mosaïques, complété par des investigations techniques sur les pigments et les tesselles, sera effectué et confluera dans une base de données open-access. Ces connaissances seront développées dans une perspective de longue durée au sein de deux volumes monographiques qui considéreront les nouveaux questionnements sur les espaces sacrés, habités et même « construits » par les images, les inscriptions, les objets, et par les spectateurs et leurs divers points d’observation et utilisation.
Direct link to Lay Summary Last update: 13.08.2020

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Project partner

Associated projects

Number Title Start Funding scheme
147213 Apogée et fin du Moyen Age 01.05.2013 Project funding (Div. I-III)

Abstract

Cette recherche fait partie d’un plus vaste projet international de six partenaires, portant sur la culture visuelle et matérielle de Rome entre le Ve et le XIe siècle. Ces siècles constituent le véritable trou noir de l’historiographie artistique romaine: une lacune enracinée dans la tradition Renaissante présentant cette période comme le moment le plus sombre de l’histoire de la ville. Un préjugé historiographique d’ailleurs aggravé par la dévalorisation systématique de la culture byzantine - cruciale à Rome à cette époque - enracinée à son tour dans le contraste Est-Ouest perdurant jusqu’au présent. Ce projet trouve sa source dans l’extraordinaire fonction de melting pot assumée par la ville, un carrefour où les Goths, les Byzantins, les Francs, les Germains ou les Lombards se rencontraient dans un véritable métissage culturel ; et dans le rôle de Rome en tant que champ de la mise en place d’une des plus époustouflantes expériences de communication visuelle, à savoir celle de l’Église, dans tous les espaces sacrés et profanes.Face à une bibliographie du domaine assez dispersée, parfois décevante et souvent vieillie, ce projet veut répondre, par une approche interdisciplinaire, à trois exigences de fond. a) Réaliser un recensement complet du patrimoine pictural, conservé ou perdu, sans lequel une vision d’ensemble est impossible et pourrait engendrer des réflexions ultérieures lacunaires ou fondées sur des informations erronées ou dépassées. Les dossiers réunis comprendront aussi l’ensemble des inscriptions contenues dans les fresques et les mosaïques - un élément crucial pour saisir le dialogue avec le spectateur - et un tout nouvel appareil d’investigations techniques sur les pigments et le verre des tesselles des mosaïques, indispensable pour offrir aux historiens de l’art et aux chercheurs en général des données complémentaires aux analyses stylistiques et iconographiques. b) Insérer les connaissances concernant les peintures et les mosaïques dans une plus large problématique, à la lumière des nouveaux questionnements sur les espaces sacrés, habités et même « construits » par les images, les inscriptions, les objets, et par les spectateurs et leurs divers points d’observation et utilisation. c) Étudier les peintures et les mosaïques, ainsi examinées et contextualisées, dans un arc de très longue durée allant de l’Antiquité tardive à l’aube de la Réforme Grégorienne. Il s’agit là du gigantesque outil de communication visuelle que l’Église développait sans cesse, conservant des structures de fond permanentes tout en proposant une potentialité de variations infinies : ce champ de réflexion est également utile à la compréhension des dynamiques de la communication et de la « persuasion » de nos jours. Les résultats principaux du projet seront : 1) une thèse de doctorat en co-tutelle entre Lausanne et Rome ; 2) deux monographies collectives ouvertes aux contributions de tous les équipes partenaires ; 3) un colloque international et interdisciplinaire sur la question des images comme vecteurs d’identité citadine et instruments de communication globale, suivi d’une publication collective ; 4) un open-access database réunissant les informations sur les peintures, les inscriptions, et les résultats des investigations techniques sur les tesselles de verre et les pigments. Nous sommes confiants dans le fait que de ce projet aboutira à une nouvelle image de la Rome bouillon de culture, au cœur de la formation de l’Europe post-antique.
-