Project

Back to overview

Réalismes : Universaux, relations et états de choses dans les traditions austro-allemande et médiévale

English title Realisms : Universals, Relations and State of Affairs in the Austro-German and Medieval Traditions
Applicant Cesalli Laurent
Number 182858
Funding scheme Project funding (Div. I-III)
Research institution Département de Philosophie Université de Genève
Institution of higher education University of Geneva - GE
Main discipline Philosophy
Start/End 01.03.2019 - 28.02.2023
Approved amount 836'692.00
Show all

Keywords (7)

Nominalisme; Histoire de la philosophie; Etats de choses; Universaux; Relations; Ontologie; Réalisme

Lay Summary (French)

Lead
Trois questions sont souvent au centre de la caractérisation du réalisme : i) pourquoi et comment certaines représentations (l’idée de triangle, par exemple) se rapportent-elles de manière uniforme à plus d’un individu ? ; ii) si on doit accepter non seulement les individus mais aussi les relations entre eux comme des entités de plein droit (non seulement Paul et Marie, mais aussi la relation dans laquelle ils sont, par exemple d’être de la même taille) ; iii) et si, en plus des relations, on doit accepter des complexes comme le fait que Paul soit de la même taille que Marie, et quels rôles sont censé jouer ces soi-disant faits, qu’on appelle aussi communément des états de choses ? En caractérisant ces trois questions à partir de deux traditions de l’histoire de la philosophie pour lesquelles elles ont été centrales, le projet vise à identifier, définir, et classifier les types de réalismes dont s’inspirent encore aujourd’hui tant la tradition analytique que continentale.
Lay summary

Contenu et objectifs du travail de recherche

Ce projet se concentre sur trois questions centrales de l’ontologie, articulées en trois axes thématiques : les universaux, les relations, les états de choses. Ces thèmes seront étudiés dans les traditions austro-allemande (issue des œuvres de Bolzano et Brentano, de 1837 à 1948) et médiévales (la scolastique latine des douzième, treizième et quatorzième siècles), deux périodes de l’histoire de la philosophie qui appartiennent à (et se revendiquent explicitement de) la tradition aristotélicienne, ce qui explique leurs affinités frappantes, tant au niveau des questions traitées que de la manière de faire de la philosophie.

Le projet a pour objectif central de clarifier le concept de réalisme. Ses buts plus spécifiques sont les études respectives et comparatives des théories des universaux, des relations et des états de choses dans les traditions austro-allemande et médiévale. La réalisation d’une telle entreprise comparative exige que l’on dispose d’une méthode fiable et appropriée. C’est pourquoi les trois axes thématiques du projet sont complétés par un axe méthodologique dont le but est d’élaborer un modèle interprétatif historiquement neutre (un quartum comparationis) et d’en déterminer les conditions d’application. À ces trois objectifs secondaires vient s’ajouter le volet éditorial du projet, qui prévoit la publication en langue originale de textes clés inédits appartenant aux deux traditions étudiées. 

 

Contexte scientifique et social du projet de recherche

Avec son approche méthodologique basée sur un modèle interprétatif historiquement neutre, le projet intègre à la fois des spécialistes en philosophie médiévale et en philosophie austro-allemande des 19èmeet 20èmesiècles. La collaboration des spécialistes de ces deux domaines contribuera à un décloisonnement de ces deux spécialités et permettra le développement de nouveaux outils comparatifs en histoire de la philosophie.

Direct link to Lay Summary Last update: 18.01.2019

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Associated projects

Number Title Start Funding scheme
169282 "Ce que disent les propositions" : dictum et eventus chez Abélard 01.12.2016 Project funding (Div. I-III)
162471 "La logique des modistes". Sémantique, noétique et ontologie dans (et autour de) l'oeuvre de Radulphus Brito (fl. 1300) 01.12.2015 Project funding (Div. I-III)

Abstract

« Réalismes : Universaux, relations et états de choses dans les traditions austro-allemande et médiévale » est un projet en histoire de la philosophie. Il s’inscrit dans le prolongement naturel des travaux menés par le Requérant à Genève (et ailleurs) depuis le début des années 2000. Le projet se concentre sur trois questions centrales de l’ontologie, articulées en trois axes thématiques : les universaux, les relations, les états de choses. Ces thèmes seront étudiés dans les traditions austro-allemande (issue des œuvres de Bolzano et Brentano, de 1837 à 1948) et médiévales (la scolastique des douzième, treizième et quatorzième siècles), deux périodes de l’histoire de la philosophie qui appartiennent à (et se revendiquent explicitement de) la tradition aristotélicienne, ce qui explique leurs affinités frappantes, tant au niveau des questions traitées que de la manière de faire de la philosophie.Le projet a pour objectif central de clarifier le concept de réalisme. Ses buts plus spécifiques sont les études respectives et comparatives des théories des universaux, des relations et des états de choses dans les traditions austro-allemande et médiévale. La réalisation d’une telle entreprise comparative exige que l’on dispose d’une méthode fiable et appropriée. C’est pourquoi les trois axes thématiques du projet sont complétés par un axe méthodologique dont le but est d’élaborer un modèle interprétatif historiquement neutre (un quartum comparationis) et d’en déterminer les conditions d’application. À ces trois objectifs secondaires vient s’ajouter le volet éditorial du projet, qui prévoit la publication en langue originale de textes clés inédits appartenant aux deux traditions étudiées. En dépit de son omniprésence dans la littérature (primaire comme secondaire), le concept de réalisme demande aujourd’hui plus que jamais à être clarifié sur la base d’un travail solidement ancré dans les deux périodes qui représentent sans aucun doute les moments les plus saillants de son histoire. En conséquence, la raison d’être de ce projet complexe et ambitieux est double. Elle réside, d’une part, en cela que ce projet vient combler une lacune manifeste en histoire de la philosophie ; mais aussi, d’autre part, dans les résultats qu’il permet d’escompter sur les plans méthodologique (élaboration d’une méthode comparative originale), historiographique (approfondissement de notre connaissance de l’ontologie austro-allemande et médiévale), philosophique (une enquête comparative soigneusement conduite est susceptible d’éclairer les questions contemporaines en ontologie) et taxinomique (une fois clarifié, le concept de réalisme peut être appliqué à meilleur escient à des fins descriptives et classificatoires en histoire de la philosophie).Le programme de travail décrit dans ces pages se déroulera sur huit semestres (automne 2018 - printemps 2022) divisés en quatre phases : méthodologie (S1), universaux (S2-3), relations (S4-5), états de choses (S6-7), synthèse (S8). L’équipe de recherche se compose du Requérant (15%, non salarié sur le projet), de deux collaborateurs scientifiques à 60% chacun (MM. Guillaume Fréchette et Charles Girard), ainsi que d’un(e) doctorant(e) à 100%. Son budget global s’élève à CHF 836’692.-. Les travaux de recherche envisagés seront ponctués de 24 séances de lecture commune de la littérature primaire, de 4 workshops ainsi que d’un colloque international de clôture. En termes de publications, sont prévus : 13 articles scientifiques (dont 4 rédigés de manière collaborative), une anthologie d’éditions de textes austro-allemands et médiévaux en langues originales, un volume collectif présentant la synthèse des principaux résultats, et les actes du colloque international de clôture. Si le présent projet relève de l’histoire de la philosophie, il est vrai également qu’il consacre une nouvelle manière de faire cette histoire, dont l’originalité réside avant toute chose dans la méthode élaborée et mise en œuvre. En ce sens, le projet aura, de par son insertion dans un très vaste réseau de collaborations internationales, un impact certain et, on peut l’espérer, durable, sur le futur de notre discipline.
-