Project

Back to overview

Sous le feu des propagandes: la Suisse durant la Grande Guerre

English title Under the fire of propaganda: Switzerland during the Great War
Applicant Clavien Alain
Number 130929
Funding scheme Project funding (Div. I-III)
Research institution Chaire d'Histoire Contemporaine Générale et Suisse Université de Fribourg
Institution of higher education University of Fribourg - FR
Main discipline Swiss history
Start/End 01.07.2010 - 31.12.2013
Approved amount 188'736.00
Show all

Keywords (8)

histoire suisse; histoire culturelle; Première guerre mondiale; Propagande; World War I; Switzerland; Propaganda; Cultural History

Lay Summary (French)

Lead
Lay summary
LeadLa propagande a été l'une des armes utilisée par les deux camps en présence durant la Première Guerre mondiale. Pays neutre dont on cherche a obtenir le soutien moral autant qu'économique, la Suisse a été une cible privilégiée de cette propagande qui a contribué à approfondir le fossé entre les communautés nationales aux sympathies opposées.RésuméL'histoire de la Grande Guerre a été renouvelée ces dernières années par le concept de "culture de guerre". L'un des faits massifs de cette culture de guerre est constitué par la propagande, qui envahit la vie intellectuelle, morale et spirituelle même de tous les belligérants. Et pas seulement des belligérants: dans cette guerre totale, l'opinion des neutres est convoitée, car elle représente un "tribunal impartial" dont l'appui est important.RésuméButCe projet a pour but de faire le point sur les propagandes, française et allemande surtout, déferlant en Suisse, à partir d'archives originales, de déterminer leurs champs et leurs moyens d'action et de réfléchir à leur impact. Avec une communauté nationale partagée en aires culturelles différentes, la Suisse est en effet une cible privilégiée des propagandes belligérantes à la recherche d'approbation morale, et offre un terreau fertile à leur action. Ces propagandes entretiennent les sympathies françaises ou allemandes qui déchirent le pays, elles creusent le fossé entre les communautés linguistiques, contribuant ainsi à une radicalisation et à une "brutalisation" du discours politique suisse. Elles contribuent aussi à l'agitation des petits groupes de minorités nationales (polonaise, balte, ukrainienne, etc.) installés en Suisse, à Genève et Zurich surtout, et qui s'activent pour préparer l'après-guerre.SignificationS'inspirant des nouvelles approches, et dans le but revendiqué de combler une partie du retard historiographique helvétique en la matière, ce projet doit permettre non seulement d'augmenter et renouveler nos connaissances sur une période encore mal connue, mais aussi de permettre aux historiens suisses d'entamer valablement un dialogue avec leurs confrères étrangers sur une thématique dont l'intérêt non seulement ne semble pas faiblir mais que l'approche du centenaire va encore stimuler.
Direct link to Lay Summary Last update: 21.02.2013

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Publications

Publication
De la charité populaire à la diplomatie humanitaire: l'exemple des secours suisses en faveur de la Serbie
Bondallaz Patrick (2013), De la charité populaire à la diplomatie humanitaire: l'exemple des secours suisses en faveur de la Serbie, in Revue suisse d'histoire, volume 63/3(63/3), 405-427.
«Le Jura bernois», reflet de la mobilisation humanitaire de St-Imier en faveur des victimes de guerre
Bondallaz Patrick (2012), «Le Jura bernois», reflet de la mobilisation humanitaire de St-Imier en faveur des victimes de guerre, in Lettre d'information de la SJE, numéro 45, octobre 2012(numéro 45), 2-10.

Scientific events

Active participation

Title Type of contribution Title of article or contribution Date Place Persons involved
Between War Culture and Peace Culture: neutrals during the First World War Individual talk 20.04.2012 Fribourg, Switzerland Bondallaz Patrick; Clavien Alain;


Self-organised

Title Date Place
Between War Culture and Peace Culture: Neutrals during the First World War 20.04.2012 Fribourg, Switzerland

Communication with the public

Communication Title Media Place Year
New media (web, blogs, podcasts, news feeds etc.) 14-18.ch infoclio German-speaking Switzerland Western Switzerland 2013

Associated projects

Number Title Start Funding scheme
126434 Entre culture de guerre et culture de paix: la Suisse durant la Grande Guerre 01.01.2010 Project funding (Div. I-III)
126434 Entre culture de guerre et culture de paix: la Suisse durant la Grande Guerre 01.01.2010 Project funding (Div. I-III)

Abstract

La Suisse pendant la Première Guerre mondiale est un sujet qui a peu retenu l’attention des historiens. La littérature spécialisée sur ce thème est indigente et, aujourd’hui encore, il n’existe aucune monographie synthétique sur le sujet, mis à part l’ouvrage de Jacob Ruchti, qui date de 1930. Ce déficit est d’autant plus criant que dans la plupart des pays européens, l’historiographie de la Grande Guerre a connu durant ces quinze dernières années un renouvellement des approches, centré non seulement sur la vie des combattants, mais aussi sur le traumatisme social causé par le conflit, qui s’est cristallisé par une abondante production. L’un des faits massifs de cette culture de guerre est constitué par la propagande, qui envahit la vie intellectuelle, morale et spirituelle même de tous les belligérants. Et pas seulement des belligérants: dans cette guerre totale, l’opinion des neutres est convoitée, car elle représente un «tribunal impartial» dont l’appui est important.Ce projet a pour but de faire le point sur les propagandes institutionnelles française, allemande et britannique, déferlant en Suisse, à partir d’archives originales, de déterminer leurs champs et leurs moyens d’action et de réfléchir à leur impact. Avec une communauté nationale partagée en aires culturelles différentes, la Suisse est en effet une cible privilégiée des propagandes belligérantes à la recherche d’approbation morale, et offre un terreau fertile à leur action. Ces propagandes entretiennent les sympathies françaises ou allemandes qui déchirent le pays, elles creusent le fossé entre les communautés linguistiques, contribuant ainsi à une radicalisation et à une «brutalisation» du discours politique suisse. Elles contribuent aussi à l’agitation des petits groupes de minorités nationales (polonaise, balte, ukrainienne, etc.) installés en Suisse, à Genève et Zurich surtout, et qui s’activent pour préparer l’après-guerre.S’inspirant des nouvelles approches, et dans le but revendiqué de combler une partie du retard historiographique helvétique en la matière, ce projet doit permettre non seulement d’augmenter et renouveler nos connaissances sur une période encore mal connue, mais aussi de permettre aux historiens suisses d’entamer valablement un dialogue avec leurs confrères étrangers sur une thématique dont l’intérêt non seulement ne semble pas faiblir mais que l’approche du centenaire va encore stimuler.
-