Publication

Back to overview Show all

Original article (peer-reviewed)

Journal Relief
Volume (Issue) 10(1)
Page(s) 163 - 178
Title of proceedings Relief
DOI http://doi.org/10.18352/relief.932

Open Access

URL http://doi.org/10.18352/relief.932
Type of Open Access Publisher (Gold Open Access)

Abstract

Dès la Renaissance, en France, les artistes s’intéressent de près à l’anatomie afin de représenter le corps humain le plus justement possible. Influencé par ses pairs, l’Eva Prima Pandora et le Livre de Pourtraicture de Jean Cousin font largement référence aux proportions de Vitruve par l’intermédiaire d’Albrecht Dürer et à l’anatomie pour justifier la primauté de la peinture sur la sculpture en prenant comme point de départ les commentaires de Benedetto Varchi. Dans ces deux œuvres, Jean Cousin insère un double débat dans lequel il démontre que l’autorité d’André Vésale sert justement à justifier la primauté de la peinture sur la sculpture.
-