Publication

Back to overview

Deux points de vue sur le changement linguistique

Type of publication Peer-reviewed
Publikationsform Original article (peer-reviewed)
Author Béguelin M.-J.,
Project Marqueurs corrélatifs entre syntaxe et analyse du discours
Show all

Original article (peer-reviewed)

Journal Langages
Page(s) 13 - 36
Title of proceedings Langages

Abstract

La présente contribution met en balance deux points de vue antagonistes sur le changement linguistique, l’un déterministe, l’autre radicalement non déterministe. Le premier s’incarne dans le paradigme bien connu de la grammaticalisation, héritier à ce titre de la tradition historique du XIXe siècle. Dans sa version forte, ce paradigme envisage le changement linguistique de manière téléologique : les parcours évolutifs postulés et symbolisés par les échelles de grammaticalisation, ils sont plus ou moins obligés et ont vocation universelle, exerçant une véritable pression sur le changement. Le second point de vue postule, à l’opposé, le caractère aléatoire du changement, exclusivement lié aux (re)conceptualisations imprévisibles et accidentelles auxquelles donne lieu le matériau linguistique dans l’esprit des usagers. Ce dernier point de vue rejoint, par certains aspects, la modélisation du changement illustrée dans le cadre du paradigme générativiste ; il a été développé par Ferdinand de Saussure, dans ses notes des années 1890, retrouvées par hasard un siècle plus tard, et connues désormais sous le titre l’Essence double du langage. Dans l’optique saussurienne, la réanalyse est le phénomène explicatif majeur du changement grammatical ; quant aux tendances fondamentales du changement, elles ne sauraient, toujours dans l’optique saussurienne, s’incarner dans les échelles érosives postulées au nom de la grammaticalisation. Two points of view on language change. Summary. The present contribution considers two antagonists points of view on language change: one deterministic, the other radically non deterministic. The first appears in the well-known paradigm of grammaticalization, heir in that way to the XIXth century’s historical tradition. In its strong version, this paradigm regards language change from a teleological point of view: the postulated scalable grammatical paths are, more or less, required, they are said to have a universal vocation, exerting a real pressure on change. The second point of view, on the other hand, postulates the random nature of change, exclusively linked to the unpredictable and accidental (re)conceptualisations to which the linguistic material gives rise in the head of the language users. This latter point of view is in accordance, in some way, to the language change’s formal representation in the generative framework; it was developed by Ferdinand de Saussure, in his 1890’ manuscripts randomly found one century later and today known as “The double Essence of Language”. In the Saussurean perspective, reanalysis is the major explanatory phenomenon of grammatical change; as for fundamental tendencies of change, in this view, they shall not be integrated into pretended grammatical erosive scales.
-