Publication

Back to overview

La part du peintre. Photographie, peinture et ethnographie en Mauritanie (1950-51)

Type of publication Peer-reviewed
Publikationsform Contribution to book (peer-reviewed)
Author Reubi Serge,
Project Représenter la culture. La photographie, les sciences humaines et leurs savants
Show all

Contribution to book (peer-reviewed)

Book La photographie dans le canton de Neuchâtel, 1840-1970
Editor , Lafontant-Valloton Chantal
Publisher MAH, Neuchâtel
Title of proceedings La photographie dans le canton de Neuchâtel, 1840-1970

Abstract

Dès son invention au milieu du XIXe siècle, la photographie a été mobilisée par les scientifiques comme moyen d’enregistrement mécanique et objectif du réel et rapidement les commentaires sur la photographie l’ont présentée comme un médium objectif. Dans la vaste littérature portant sur ce médium et ses usages scientifiques, l’ouvrage que les historiens américains Lorraine Daston et Peter Galison ont consacré en 2007 aux rapports entre images, objectivité et ethos savant a cependant marqué une rupture. A les en croire, ce ne sont pas tant les images en général, ni la photographie en particulier qui comptent, mais bien plutôt les conceptions de l’objectivité et de l’investissement légitime de la subjectivité du chercheur dans son travail et ils envisagent la succession (et parfois la coexistence) de vertus épistémiques qui sont autant de rapports complexes entre images, ethos savants et pratiques scientifiques. Daston et Galison n’examinent que les sciences naturelles et le processus qu’ils décrivent ne prend pas les mêmes formes dans les sciences humaines. Les rapports complexes qu’entretiennent la photographie et différentes disciplines comme l’histoire de l’art (Griener 2009), l’ethnographie (Harries 2000) ou la géographie (Mendibil 2008) ont en effet déjà été explorés et s’y observe un usage des images non-mécaniques se perpétuant plus longtemps qu’en sciences naturelles. Si l’on adoptait une perspective évolutionniste, on pourrait en inférer que le développement des sciences humaines est en retard sur celui des sciences naturelles. Le cas dont je traite ici et qui examine les collaborations de l’ethnologue Jean Gabus et du peintre Hans Erni lors d’une expédition en Mauritanie en 1950-1951, atteste plutôt une posture spécifique des sciences humaines face à la photographie qui suggère un autre rapport à l’objectivité. A sa manière, il contredit ainsi les hypothèses de Daston et Galison et réclame de réévaluer leurs résultats.
-