Publication

Back to overview

On ne naît pas "femme cuisinière", on le devient : genre et transmission culturelle à l'UNESCO

Type of publication Peer-reviewed
Publikationsform Contribution to book (peer-reviewed)
Publication date 2011
Author HERTZ Ellen,
Project Intangible Cultural Heritage: The Midas Touch?
Show all

Contribution to book (peer-reviewed)

Book Transmettre, quel(s) patrimoine(s) : Autour du Patrimoine Culturel Immatériel
Editor , ADELL Nicolas
Publisher Michel Houdiard, Paris
Page(s) 223 - 238
ISBN 978-2-35692-066-9
Title of proceedings Transmettre, quel(s) patrimoine(s) : Autour du Patrimoine Culturel Immatériel

Abstract

Cette contribution analyse comment les discours et les politiques de l’UNESCO représentent le rôle des femmes dans la transmission du patrimoine culturel immatériel (PCI). Je compare trois dossiers de candidature récemment inscrits sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité : « le repas gastronomique des Français », « la diète méditerranéenne » et « la cuisine traditionnelle mexicaine – culture communautaire, vivante et ancestrale, le paradigme de Michoacan ». Je montre que la place attribuée aux femmes dans ces trois dossiers varie considérablement, en fonction du degré de « traditionnalité » des pays concernés. Enfin, je conclue qu’une analyse en termes de genre ne peut faire l’économie de la déconstruction de la catégorie même de « femme » qui, comme toute catégorie sociale, doit être comprise dans ses interactions avec d’autres formes de catégorisation et de hiérarchisation, dont la classe, l’ethnicité, et tout particulièrement dans le cas du PCI, la « traditionnalité ». This contribution analyzes how UNESCO discourse and policies represent women’s role in the transmission of intangible cultural heritage (ICH). I compare three nomination files for elements recently included on the Representative List of the Intangible Cultural Heritage of Humanity: the “Gastronomic meal of the French”, the “Mediterranean Diet” and “Traditional Mexican cuisine – ancestral, ongoing community culture, the Michoacan paradigm”. I demonstrate that the place attributed to women in these three dossiers varies considerably, as a function of the degree of “traditionality” of the countries involved. In conclusion, I argue that a gender-based analysis must include deconstructing the “woman” category which, like all social categories, must be understood in its interaction with other forms of categorization and hierarchization such as class, ethnicity and particularly in the case of ICH, “traditionality”.
-