Publication

Back to overview

L’identification des relations de discours implicites : le cas de l’adversation

Type of publication Peer-reviewed
Publikationsform Proceedings (peer-reviewed)
Author Corminboeuf G.,
Project Marqueurs corrélatifs entre syntaxe et analyse du discours
Show all

Proceedings (peer-reviewed)

Title of proceedings Congrès Mondial de Linguistique française (CMLF’14)
Place Paris

Open Access

Abstract

La recherche porte sur un objet peu étudié : les relations de discours implicites (i.e. non marquées). L’étude présente trois organisations argumentatives qui ressortissent à la relation de discours Contraste. A partir de la distinction que fait Lakoff (1971) entre « Semantic opposition » (1) et « Denial of expectation » (2) : (1) John is tall but Bill is short. (cité par Lakoff 1971) (2) John is tall but he’s no good at basketball. (ibid.) il est montré que les « Denials of expectation » peuvent être scindés en deux groupes, (i) des enchaînements contre-argumentatifs indirects et (ii) des enchaînements contre-argumentatifs directs. Les constructions à valeur adversative « non marquées » par des connecteurs explicites sont des enchaînements comme (1’) et (2’) : (1’) John est grand, Bill est petit. (2’) John est grand et il n’est pas bon au basketball. Les connecteurs « pourtant » ou « mais » (« but » dans 1 et 2) marqueraient l’opposition de manière explicite, alors que « et »(dans 2’) n’est a priori pas spécialisé pour connecter des prédications contradictoires. On présente les propriétés oppositives de chacune de ces trois organisations discursives où la valeur adversative est à reconstruire par inférence. L’étude se conclut sur un plaidoyer pour une étude des relations de discours implicites, ce qui revient notamment à dissocier l’analyse des « marqueurs de discours » de celle des relations de discours.
-