Publication

Back to overview Show all

Original article (peer-reviewed)

Journal French Studies
Volume (Issue) 75(3)
Page(s) 309 - 312
Title of proceedings French Studies

Open Access

URL https://academic.oup.com/fs/issue/75/3
Type of Open Access Green OA Embargo (Freely available via Repository after an embargo)

Abstract

Depuis la plus haute Antiquité, l’alphabet fournit au poète un canevas pour l’écriture. La Bible comprend en effet, au livre des Psaumes en particulier, plusieurs poèmes abécédaires, dont les vers ou les strophes déroulent à l’initiale la série des vingt-deux consonnes de l’alphabet hébreu.1 Dotés d’une autorité toute particulière, ces textes fournissent, pour la poésie latine chrétienne du Moyen Âge, le modèle d’une pratique lettriste oscillant entre l’exercice de style, le stratagème mnémotechnique et la célébration mystique de la chaîne alphabétique comme symbole — par sa double qualité de série ordonnée et achevée — de l’Univers créé.2 Au treizième siècle, la poésie alphabétique en langue vernaculaire française naît sous la plume d’un Ferrant, d’un Plantefolie et, dans une certaine mesure, d’un Huon. Elle représente une tradition féconde, à défaut d’être pléthorique, puisqu’on compte, au long des trois derniers siècles du Moyen Âge, une dizaine de pièces auxquelles le volume ici introduit entend se consacrer pour en proposer la présentation.
-