Lead
Jusqu’à présent, les humanités numériques se sont largement contentées d’emprunter des méthodes à d’autres domaines et n’ont guère développé de méthodologie qui leur est propre. L’accent mis sur les méthodes et les outils représente un obstacle majeur à la construction de modèles computationnels qui pourraient nous aider à acquérir de nouvelles connaissances sur les questions de recherche des sciences humaines.

Lay summary

Contenu et objectifs du travail de recherche

Nous visons à établir des bases épistémologiques et méthodologiques afin de passer de solutions ad hoc à une compréhension plus générale des questions en jeu. Nous nous concentrons sur deux questions particulièrement urgentes qui, ensemble, constituent une lacune critique dans la recherche :

  1. Les humanités numériques s’appuyent fortement sur les corpus (collections de textes, d’images, etc.). Cependant, les implications épistémologiques ont été largement ignorées. Nous proposons de considérer les corpus comme des dispositifs phénoménotechniques : d’une part, ils modélisent le phénomène étudié ; d’autre part, ils le construisent.
  2. Les modèles de phénomènes complexes reposent sur de nombreux concepts, références à des « sous-modèles ». Servant de blocs de construction, ils posent un sérieux problème épistémologique en humanités numériques, puisqu’ils sont à la base de la construction des corpus sans être bien définis.

Contexte scientifique et social du projet de recherche

Au-delà d’une question de recherche historique particulière ou d’un concept singulier, le projet apportera un éclairage méthodologique et épistémologique sur les modèles computationnels en historiographie. Les connaissances acquises peuvent également faciliter une meilleure compréhension des modèles computationnels en dehors de la recherche scientifique.