Lead
Une approche intégrée en bioinformatique et génétique pour caractériser la réponse antimicrobienne peptidique de la drosophile.

Lay summary
Les insectes représentent environ 70% de l’ensemble des espèces animales et ont colonisé tous les écosystèmes terrestres. Comment font-ils pour se défendent contre les infections microbiennes ? Ont-ils développé des stratégies immunitaires particulières ? Voilà des questions au cœur de cette demande Sinergia. Les recherches sur les mécanismes immunitaires ont grandement bénéficié des travaux réalisés chez la drosophile, un modèle avec une large palette d’outils en génétique. Chez cet organisme, l'induction des peptides antimicrobiens au cours de la réponse immunitaire systémique a été bien caractérisée. Elle implique le corps gras et, dans une moindre mesure, les hémocytes (‘cellules sanguines’ de l’insecte), produisant une batterie d’effecteurs qui sont sécrétés dans l'hémolymphe (le ‘sang’ de l’insecte). En plus des peptides antimicrobiens, de nombreux autres peptides sont produits après infection. Ces effecteurs peptidiques sont mal caractérisés. En effet, les gènes de petite taille sont plus difficiles à définir et les outils traditionnels d’annotation des génomes ne sont pas suffisants pour les caractériser. Ce projet Sinergia réunit trois équipes ayant des compétences complémentaires en annotation des génomes (Robert Waterhouse), bioinformatique (Christophe Dessimoz) et génétique expérimentale (Bruno Lemaitre) dans le but de mieux caractériser la réponse antimicrobienne peptidique. L’objectif n’est pas seulement de mieux décrire la réponse immunitaire de la drosophile, mais aussi de développer des outils qui permettent l’étude des gènes codant pour des petits peptides. Ainsi, ce projet aura un impact bien au-delà des recherches sur l’immunité de l’insecte.