Lead
L'information génétique des eucaryotes est organisée dans le noyau cellulaire sous la forme d'un assemblage complexe entre l'ADN et des protéines spécalisées, les histones, formant la chromatine. Historiquement décrit comme une substance colorée, la chromatine se révèle être une structure moléculaire très élaborée dont la composition et la structure influence l'expression des gènes. Un des objectifs de la recherche dans le domaine de l'épigénétique est d'élucider ce lien composition-structure-fonction. Notre project a pour but de contribuer à cette question en étudiant notemment le rôle des variants d'histones dits H1 ou "linker histones", lors de la reprogrammation cellulaire, en particulier chez les plantes.

Lay summary
La chromatine est l'assemblage de l'ADN enroulé de manière régulière et régulée autour d'un complexe multiprotéique d'histones. La fibre chromatinienne peut adopter différents degrés d'organisation supra-moléculaires et de compaction influencant l'accessibilité des gènes aux facteurs de transcription. La modification des histones elles-mêmes par couplage d'un groupe biochimique, a également une influence sur la structure de la chromatine et son affinité locale avec les régulateurs transcriptionnels. Ces modifications dites épigénétiques influencent donc l'expression des gènes. Un autre acteur de l'organisation chromatinienne est l'histone H1. Cet histone est présent sous forme de différents variants, eux mêmes pouvant être modifiés de manière post-traductionnelle. Longtemps considérés comme de simples architectes structurants de la chromatine, les variants H1 semblent jouer des rôles plus subtils en influencant d'autres marques épigénétiques ainsi que l'arrangement spatial des domaines chromatiniens dans le noyau.
Nous utilisons des approches génétiques, moléculaires et cytologiques sur la plante modèle Arabidopsis pour décrire en particulier le rôle de deux variants H1 et leur modification(s), sur deux modèles de dynamique cellulaire: (i) lors de la mise en place de la lignée reproductrice (formant les gamètes) (ii) lors des réponses transcriptionnelles aux changements diurnaux. Notre recherche s'inscrit dans l'objectif de comprendre le role des variants H1 au cours de dynamiques cellulaires lors du développement et lors de réponses à un stimulus environnemental chez les plantes.