Lead
Ma thèse de doctorat réalisée en Suisse à Genève (Vincent, 2017) a porté sur l’influence du rapport au savoir de trois enseignant·e·s du degré primaire sur leurs pratiques pédagogiques lorsqu’ils enseignaient la préhistoire, thématique aux savoirs souvent controversés et incertains, mais obligatoire au programme scolaire suisse et enseignée à des élèves de 8-9 ans. Les résultats montrent que les trois pratiques et le rapport au savoir des enseignant·e·s varient plus nettement si le thème enseigné a valeur d’énigme pour eux: la disparition des dinosaures, l’ancêtre commun au singe et à l’homme ou encore les émotions humaines, font partie des mystères qui intriguent chacun des trois enseignant·e·s et qu’ils·elles transmettent à leurs élèves.

Lay summary

Dans ce prolongement et suite à l’invitation directe à mon encontre pour participer à la phase 2 du projet de recherche CRSH 2018-2020[1] de Mme Therriault, de l’Université du Québec à Rimouski, ce projet de postdoctorat cherche à comparer et à élargir à l’international, entre la Suisse et le Québec, deux enjeux cruciaux :

(1) la question de l’influence du rapport au savoir des enseignant·e·s - et des énigmes qui les habitent - sur leurs pratiques d’enseignement et les apprentissages de leurs élèves, particulièrement lors de l’enseignement des sciences naturelles et humaines, disciplines aux savoirs souvent tout aussi incertains et controversés que la préhistoire. Par exemple, quelles seraient les pratiques d’un·e enseignant·e ordinaire québécois·e et les énigmes qui l’animent lorsqu’il·elle aborde le thème des autochtones (les sociétés iroquoiennes et algonquiennes) présents avant l’arrivée des colons français[2] ? Qu’apprennent et que vivent in fine ses élèves ? Quelles différences ou ressemblances avec mon étude doctorale des pratiques d’enseignement de la préhistoire à Genève ?;

 (2) Dans le cadre de ma participation au projet de Mme Therriault, la poursuite du développement des formations initiales et continues en enseignement, au sujet des liens entre le rapport au savoir des enseignants, celui de leurs élèves et les pratiques d’enseignement.

 

Le projet amènera des résultats intéressants et utiles en termes de besoins, de dilemmes et de création pédagogiques pour les enseignant·e·s primaires en général entre la Suisse et le Québec. Il amènera également des résultats pour la recherche en sciences de l’éducation et les formations (initiales et continues) à l’enseignement primaire, à propos du renouvellement des programmes scolaires et des méthodes pédagogiques, plus près des réalités scolaires et sociales dont la complexité est constitutive.



[1] Soutenir le développement professionnel des enseignants débutants au regard de leur épistémologie personnelle: investir la piste de l’arrimage entre les croyances et les pratiques dans la formation continue.

[2] Programme de formation de l’école primaire québécoise « Univers social » : http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/PFEQ/prform2001-071.pdf