Lead
Omniprésent dans les espaces publics en Afrique, le football est un élément majeur des cultures urbaines du continent. De compétition ou de loisir, d’est une véritable institution sociale qui a une forte présence matérielle mais également symbolique. Les filles sont de plus en plus nombreuses à aimer y jouer, mais elles doivent se battre pour y occuper une place. Avec cette recherche, nous postulons que l’engagement des jeunes filles dans des équipes de football, au Cameroun et au Sénégal, relève d’une expérience concrète de citoyenneté.

Lay summary

L’objectif de ce projet est d’étudier la participation des filles à l'espace public dans les sociétés africaines contemporaines par l’examen des clubs féminins de football junior. A travers l’étude de l’engagement des filles dans le jeu collectif et dans une vie associative autour du football, nous nous intéressons à la question de leur accès aux ressources et de leur participation à la vie sociale et publique en général. Les dimensions collectives et associatives de cet engagement sont en effet essentielles pour comprendre les processus de confrontation, d’interprétation et de renégociation des normes de genre que les jeunes footballeuses mettent en mouvement.

Le projet se fonde sur l’étude ethnographique de clubs de football au Cameroun et au Sénégal. Pour chaque étude de cas, nous étudions 1) La pratique du football en club de proximité comme expérience « politique » pour les filles ; 2) L’appartenance à un « univers social » tel que le club de football comme confrontation individuelle et collective aux normes qui structurent la société ; 3) En relation avec l’Agenda 2030 pour le développement durable, la sensibilité au genre des politiques publiques pour la jeunesse.

La recherche sera conduite en partenariat avec des institutions de recherche au Cameroun et au Sénégal, et des chercheur·es engagé·es dans le champ des études de genre et du sport. Le caractère innovant du projet réside à la fois dans son objet et dans le processus même de la recherche, qui se veut inclusif. Les footballeuses y participent en effet activement, en produisant elles-mêmes des données audiovisuelles, en intégrant la réalisation d’un film documentaire et en orientant la diffusion des résultats.