Lead
La communication entre les cellules est cruciale pour les organismes multicellulaires comme les humains, car toutes les fonctions, telles que la vision, le goût, le toucher ou le rythme cardiaque, dépendent de la transmission des signaux dans le corps. Lorsque la communication cellulaire est perturbée, des maladies et / ou des troubles peuvent survenir, comme la maladie de Parkinson ou l'insuffisance cardiaque par exemple. Par conséquent, obtenir un meilleur aperçu de la façon dont les signaux sont transférés d'une cellule à une autre est impératif pour le développement de médicaments. C’est pour cela que ceci est le sujet de recherche de ce projet.

Lay summary

De nombreuses protéines sont impliquées dans le transport de signaux de l'extérieur vers l'intérieur de la cellule. Ces signaux peuvent inclure des molécules comme par exemple des lipides, des sucres, des petites protéines, des cations et de la lumière. Les premières protéines à l'extérieur de la cellule qui peuvent interagir avec / être activées par un signal sont les récepteurs couplés à la protéine G (GPCR). Les GPCR peuvent interagir avec deux types de protéines à l’intérieur de la cellule, soit les protéines G soit les protéines de type arrestins qui, lorsqu'elles sont activées, ont clairement un impact different sur la cellule. Cependant, comment un GPCR actif favorise l'interaction d'une protéine sur l’autre n’est pas encore claire pour le moment.

L’ intérêt pharmaceutique pour l’affinité d'un GPCR pour une interaction protéique particulière est très élevé, car elle augmente la possibilité de créer des médicaments qui stimulent les changements souhaités dans la cellule sans créer d’autres effets nocifs et, par conséquent, cela réduit considérablement les effets secondaires et les problèmes de sécurité. Dans ce projet, des outils de calcul ainsi que des expériences en laboratoire seront utilisés pour étudier la structure d'un GPCR, en fonction de la protéine avec laquelle il interagit. En outre, le profil d'interaction du GPCR avec la protéine G ainsi qui avec l'arrestin sera étudié pour identifier la différence d'interaction entre ces deux protéines et le GPCR. En fin de compte, cela mènera à une meilleure compréhension de la façon dont les GPCR sont en mesure de favoriser certains changements dans la cellule et cela montrera les possibilités de réduire les effets secondaires dans les médicaments ciblant les GPCR à l'avenir.