Lead
Les vues d'en haut (photographies aériennes, cartes, plans) forment un outil très important des pratiques scientifiques des sciences humaines dans la première moitié du 20e siècle. Mobilisées dans la plupart des disciplines, leurs usages variés et différenciés donnent à voir les mutations fondamentales que traversent ces sciences dans ces années charnièresde leur dévelloppement.

Lay summary

Les vues d'en haut, et en particulier les cartes et les plans, sont employées depuis la fin du 19e siècle dans les sciences humaines européennes pour représenter le monde et la distribution des caractéristiques qui le composent. Le développement très important de la photographie aérienne pendant la Première guerre mondiale transforme ces pratiques et le succès de ce nouveau mode de représentation donnent à voir de nombreuses transformations que connaissent les disciplines des sciences humaines  pendant l'Entre-deux-guerres. Ils constituent une clef de lecture pour saisir les processus de disciplinarisation, de professionnalisation et d'autonomisation face à l'Etat, ainsi que la transformation de l'ethos savant.

Mon projet se fonde sur l’examen comparé de ces images dans trois contextes nationaux majeurs des sciences humaines européennes (Allemagne, France, Grande-Bretagne). Inscrit dans une double perspective comparative qui croise l’examen des cadres nationaux et disciplinaires, il contribue à l’appréhension des modifications des catégories d’objectivité et d’ethos savant dans les sciences humaines, éclaire sous un nouveau jour la transformation des rapports transversaux entre sciences humaines, Etat et domination coloniale, et saisit les modalités de circulation et de traduction des savoirs entre sphères civiles et militaires, entre centre(s) et périphérie(s) et entre mondes profanes et savants.