Lead
Staphylocoque aureus est un agent infectieux. Ces infections sont traitées par différents antibiotiques, tels que les glycopeptides, les ß-lactamines et la daptomycine. Nous observons que leur utilisation mène, à la résistance à chaque antibiotique mais aussi à l'apparition d’une résistance croisée entre antibiotiques. Les glycopeptides restent encore la principale thérapie pour traiter S. aureus méthicilline-résistant. Leur utilisation mène à la sélection des bactéries résistantes de bas niveau appelées VISA et hVISA.

Lay summary

L’apparition de ces bactéries résistantes VISA/hVISA pendant le traitement antibiotique est risqué parce que : 1- Leur détection phénotypique est souvent difficile et aucun essai moléculaire fiable pour détecter une telle résistance n'est disponible; 2- La détection du phénotype hVISA est encore plus difficile dû au fait que, selon les méthodes cliniques de détection actuelles, ces bactéries sont classifiées comme susceptibles. De plus les bactéries hVISA montrent un phénotype instable compliquant leur détection; 3-Ces bactéries VISA/hVISA peuvent mener à une résistance croisée avec des nouveaux antibiotiques.

Grace aux précédents financements, nous avons identifié une signature moléculaire qui peut distinguer entre bactéries susceptibles et résistantes. Nous planifions d’utiliser cette signature pour développer une méthode de détection moléculaire directement dans des prélèvements sanguins de patients. L'instabilité de phénotype hVISA pose un problème majeur pour leur détection. Nous avons détecté deux gènes qui par leur fonction peuvent réguler l’instabilité d’hVISA. Nous planifions d’approfondir notre connaissance sur ces deux gènes a fin de comprendre l'instabilité du phénotype hVISA qui permettra de concevoir des meilleures méthodes de détection.

 Notre objectif à long terme est de développer des marqueurs moléculaires pour détecter l'apparition des bactéries VISA et hVISA pendant la thérapie du patient, avant que des bactéries complètement résistantes n’apparaissent. Notre étude aidera à optimiser le traitement antibiotiques des patients, estimer le risque de l’apparition de résistance croisée, et au final, découvrir des cibles  pour développer des nouveaux antibiotiques.