Lead
Au sud du Mexique, à la frontière avec le Guatemala, la ville de Tapachula constitue une étape importante pour de nombreux migrants provenant d'Amérique Centrale. Ceux-ci, en situation irrégulière dans la plupart des cas, effectuent une halte temporaire avant de continuer leur voyage vers les États-Unis. Même s'il s'agit d'une insertion temporaire, ils sont amenés à tisser des liens sociaux et à développer des stratégies pour subvenir à leurs besoins dans la ville frontalière.

Lay summary

Contenu et objectifs du travail de recherche

Dans un contexte d'intensification de la migration en provenance d'Amérique Centrale vers les États-Unis et de renforcement de la sécurité au Mexique depuis le début des années 2000, les migrants en transit effectuent plusieurs étapes en territoire mexicain, étapes au cours desquelles ils doivent subvenir à leurs besoins élémentaires. Il s'agit d'une population vulnérable qui se trouve exposée à de nombreux abus de par sa situation migratoire irrégulière et l'absence de protection sociale.

La ville frontière de Tapachula, au sud de l'état du Chiapas, constitue une étape importante où de nombreux migrants font une halte temporaire avant d'entreprendre le voyage vers le nord. Dans cet espace intermédiaire qui est aussi un lieu de sociabilité, les migrants interagissent et tissent de multiples relations, entre eux, avec les habitants, et également avec les fonctionnaires gouvernementaux, le personnel des structures d’accueil ou encore avec des privés qui leur offrent divers services (transport, logement, etc.).

Dans ce projet de recherche, nous nous centrons sur le processus d'insertion temporaire des migrants. Il s'agit donc d'une part d'identifier et analyser leurs logiques d'action en nous penchant sur les ressources mobilisées et les stratégies mises en œuvre afin de surmonter l'étape, et d'autre part d'examiner les conditions socioéconomiques et institutionnelles d'accueil et de travail pour les migrants de passage.

Contexte scientifique et social du travail de recherche

D'un point de vue analytique et méthodologique, le travail de recherche conjugue une approche qualitative et interprétative s'inspirant de l'ethnographie et des éléments théoriques provenant de champs disciplinaires tels que la géographie humaine et la sociologie. Il contribue à fournir un diagnostic de la société mexicaine quant à l'accueil des migrants et à enrichir les connaissances ayant trait aux migrations, aux marges et aux frontières.