Lead
L'infection par le VIH est devenue une maladie chronique. On constate que certains patients infectés par le VIH et bien traités peuvent malgré tout développer des troubles cognitifs (mémoire, concentration, temps de réaction). Ces troubles semblent survenir à un âge plus précoce que dans la population générale. Il est nécessaire de mieux comprendre l’étiologie de ces troubles, d’en connaître l’évolution et de développer de nouveaux moyens diagnostiques. Ce projet national multicentrique apporte sa contribution dans un suivi longitudinal

Lay summary

Contenu et objectifs du travail de recherche :

Le VIH envahit le cerveau dans les premières semaines suivant l’infection. Grâce aux traitements antirétroviraux, le spectre des maladies neurologiques causées par le VIH s’est métamorphosé. Cependant certains patients peuvent développer des troubles cognitifs classifiés comme mineurs alors que leurs répercussions fonctionnelles peuvent être majeures sur le plan personnel et professionnel. La pathogenèse de ces troubles cognitifs demeure obscure. Les hypothèses sont : une réplication du virus dans le cerveau, qui ferait office de « sanctuaire du virus », une inflammation persistante, une toxicité cérébrale de la médication anti-VIH ou une moins bonne pénétration des médicaments au niveau cérébral. Le diagnostic de ces troubles cognitifs requiert un bilan neuropsychologique complexe et exhaustif. L’étude Suisse de Cohorte VIH (www.shcs.ch) s’intéresse au vieillissement de sa population et suivra spécifiquement 1000 sujets. Ils auront 3 bilans neuropsychologiques à 2 ans d’intervalle en plus du suivi biologique habituel. Les sujets présentant des troubles cognitifs auront un bilan complémentaire en accord avec les recommandations européennes de suivi clinique des patients infectés par le VIH (www.eacsociety.org). Les buts de cette étude longitudinale sont : a) d’identifier les facteurs associés aux atteintes cognitives (et leur évolution) b) d’investiguer le rôle des taux des médicaments anti-VIH (et leurs métabolites) dans le liquide céphalo-rachidien c) d’évaluer la capacité des nouvelles analyses de séquences IRM pour le diagnostic et la prédiction du devenir des troubles cognitifs.

Contexte scientifique et social du projet de recherche :

Le projet s'inscrit au sein de l'étude de cohorte VIH suisse alors que plus de 30 % des personnes infectées par le VIH en Suisse ont plus de 50 ans. Mieux comprendre leurs "vieillissements" sur le plan cognitif est nécessaire.