Lead
La mer Morte est le plus grand et le plus profond des bassins du Levant. Avec la montée du niveau des mers, la mer Méditerranée a pénétré dans le bassin, formant une lagune. Lorsque la lagune s’est séparée de la mer, une étendue lacustre s’est formée et a occupé le bassin. Le lac Lisan de la dernière glaciation et la mer Morte de l’Holocène ont été largement étudiés. On sait peu de choses de leurs prédécesseurs glaciaires et interglaciaires exposés de façon fragmentaire le long des rives.

Lay summary

Contenu et objectifs du travail de recherche

Ces lacunes dans l’histoire du bassin devraient être comblées grâce aux informations

sur les changements paléoenvironnementaux

fournies par les sondages extraites des zones centrales plus profondes du lac actuel. 

La mer Morte constitue un lac qualifié de « mort », parce que sa salinité est telle que les organismes aquatiques macroscopiques ne peuvent y vivre. Cependant, des micro-organismes adaptés à la très haute salinité sont présents. À l’aide de techniques particulières nous avons détecté une activité microbienne dans les 130 premiers mètres de sédiments de la carotte prélevée au centre du lac. Il reste à déterminer s’il s’agit de microbes encore vivants, ou d’une activité microbienne passée. Les intervalles interglaciaires riches en sels contiennent de petites inclusions fluides qui sont en cours d’étude. On espère ainsi reconstruire la température et d’autres paramètres physicochimiques ayant prévalu lors de la précipitation des cristaux de sel.


Contexte scientifique et social du projet de recherche

Notre travail générera des informations inédites et essentielles quant aux sources et risques du changement des niveaux de la mer Morte. Nos résultats permettront d’émettre des recommandations destinées aux monde politique, afin d’améliorer le monitoring environnemental et de protéger la population contre les risques environnementaux associés  aux variations de niveau de la Mer Morte.