Lead
En marge de l’Angleterre, de la France, et de l’Allemagne, la Suisse a joué, dès le XIXe, un rôle important dans l’histoire des relations entre l’Inde et l’Europe notamment en raison de sa position géographique centrale et de son multilinguisme. L'expérience de voyage et d'échanges interculturels d'acteurs suisses est contrastée à celle d'intellectuels indiens ayant développée une activité significative en Suisse.

Lay summary
La recherche se développe autour de trois axes thématiques :

(1) le voyage comme modalité de la rencontre (encounter), avec notamment les exemples d’E. Maillart et K. Das. Il s’agit ici de réfléchir aux cultures du voyage, en Inde et en Suisse, puis de se focaliser sur le parcours de quelques voyageurs et voyageuses, afin de montrer les spécificités de ce type de représentation culturelle.

(2) la langue comme lieu de médiation entre les cultures, avec une analyse des publications de J. Herbert, M. Ladner, R. von Muralt, L. Reymond et Swami Yatiswarananda. Nous examinons ici d’importantes figures suisses et indiennes qui ont largement contribué à élaborer des représentations de modèles culturels éloignés de l’horizon de leurs audiences respectives, en lien notamment avec le christianisme ou la société européenne en Inde et les religions de l’Inde en Europe.

(3) la mission comme lieu d’échanges, avec notamment le cas de la mission de Bâle et la figure de C.-A. Keller, dont l’influence s’est exercée autant en Suisse qu’en Inde. Il s’agit d’explorer les questions de la circulation des idées et des reconfigurations savantes, par le biais d’un vocabulaire religieux. Les activités de la mission de Bâle au sud de l’Inde sont à cet égard particulièrement intéressantes : elles ont eu des conséquences non seulement sur les cultures locales, mais aussi sur la représentation des religions de l’Inde en Europe.

Partant d’une perspective d’“histoire connectée” qui prône l’utilisation de sources de tous les partenaires de l’interaction, à “parts égales”, la recherche examine plusieurs lieux, moments et figures de la rencontre afin de mettre à jour autant les mécanismes ayant présidé à ces relations que leurs effets sur les cultures locales. Le projet exploite des fonds d’archives inédits, car accessibles depuis peu de temps seulement. Le projet comprend aussi plusieurs entretiens avec des acteurs ayant collaboré avec des figures centrales de nos travaux (oral history).