Lead
Les systèmes biologiques s'organisent à différents niveaux, qu'il s'agisse des interactions moléculaires, des comportements des organismes ou des symbioses interespèces. A chacun de ces niveaux, des principes opérationnels peuvent être identifiés et nous aident à formuler des modèles quantitatifs.

Lay summary

Contenu et objectifs du travail de recherche ====================================

Dans ce projet, nous nous intéressons à un niveau particulièrement peu connu, et pourtant responsable de nombre de comportements chez les mammifères. Il s'agit des principes sous-jacents au traitement de l'information entre les différentes aires corticales.
De nombreuse études anatomiques, electro-physiologiques ou d'IRM fonctionnels montrent que la spécificité des communications et des informations transmises entre différentes aires corticales est à l'origine de la spécificité des tâches accomplies. En se basant non seulement sur la structure relativement uniforme des couches cellulaires formant le neocortex, mais aussi des projections axonales entre différentes aires, il semble que des principes généraux de traitement de l'information sont mis en oeuvre. Cependant, et malgré leur intérêt, ces principes sont très mal connus. De plus, les données biologiques sur la forme exacte de l'information transmise par ces projections sont techniquement très difficiles à obtenir voire impossibles à mesurer directement.
Le but de ce projet est de développer des simulations in-silico des dynamiques et imbrications possibles entre les aires impliquées dans le traitement de l'information visuelle. Le traitement cortical du stimulus visuel est connu pour utiliser un modèle de représentation distribuée, dans lequel différentes aires encodent chacune différents aspects de l'interprétation visuelle.

Contexte scientifique et social du projet de recherche ===========================================
Dans ce projet nous souhaitons tester la pertinence et l'applicabilité de tels modèles dans des tâches du traitement visuel telles que la perception de profondeur, le traitement d'informations tri-dimensionnelles, et l'incorporation d'autres stimuli sensoriels. Ainsi, nous souhaitons développer un ensemble de principes de communications entre ces aires corticales. Ces principes doivent pouvoir nous servir non seulement dans les systèmes que nous élaborons mais aussi dans la prédiction quantitative de dynamiques ou structures du système visuel des mammifères.