Lead
Autoprotection contre les UV des surfaces de bois grâce aux fibres de cellulose Exposées à la lumière du soleil et aux précipitations, les surfaces de bois deviennent souvent rugueuses et changent de couleur. Les possibilités de prévenir les marques des intempéries sur le bois pour le rendre plus concurrentiel face à d’autres matériaux en extérieur est le propos central du projet.

Lay summary

Contexte
Utilisé en extérieur, le bois est fortement sollicité, tout particulièrement en surface. En fonction du type et de l’intensité des facteurs d’influence, on assiste à une détérioration de la substance ligneuse ou à une nette modification esthétique. La transformation photochimique de la lignine et de constituants assimilables du bois qui absorbent les rayonnements ultraviolets joue un rôle essentiel dans ce processus. Au cours de cette réaction, les groupes chromophores qui confèrent au bois sa coloration naturelle se transforment en substances solubles à l’eau, ensuite évacuées par l’humidité de la pluie ou de la neige. Les surfaces du bois deviennent rugueuses, se décolorent fortement et le matériau se dégrade.

But
Le projet vise à développer et à stabiliser une protection qui soit inhérente au bois et agisse sur sa surface pour le prémunir des effets délétères du rayonnement ultraviolet (protection UV). Cette protection se constitue avant tout par l’application de plusieurs couches et faisceaux de fibres de cellulose. Dans une première phase du projet, les chercheurs analysent et évaluent différentes possibilités de délignification. Ils observent en tout premier lieu les effets en profondeur produits par la détérioration de la lignine et les modifications mécaniques et optiques qui s’opèrent en surface. Dans une seconde phase du projet, ils étudient dans quelle mesure la surface délignifiée peut être stabilisée mécaniquement et rendue étanche. A cette fin, ils examinent l’adéquation d’une part des réactifs fonctionnalisés et d’autre part de celle de substances polymères.

Portée
Si les chercheurs réussissent à mettre au point une méthode qui délignifie les surfaces du bois tout en les stabilisant durablement, celles-ci seraient mieux protégées pour les usages en extérieur. Ceci pourrait nettement améliorer la compétitivité du matériau bois en comparaison aux autres matériaux de construction et se traduire par une utilisation plus répandue du bois en extérieur.