Project

Back to overview

L’auto autocrate ? Une histoire politique de la voiture en Suisse (1950-2000)

English title The autocratic automobile? A political history of the car in Switzerland (1950-2000)
Applicant Robert Tiphaine
Number 199211
Funding scheme Postdoc.Mobility
Research institution Rachel Carson Center Ludwig-Maximilians-Universität München
Institution of higher education Institution abroad - IACH
Main discipline Swiss history
Start/End 01.09.2021 - 31.08.2023
Show all

Keywords (8)

Histoire environnementale; Ecologie; Autoroutes; Histoire de l'automobile; Pollution de l'air; Réflexivités écologiques; Motorisation; Histoire politique

Lay Summary (French)

Lead
Tout au long du XXème siècle, les inconvénients de l’automobile (dangerosité, coûts de l’infrastructure, pollution, bruit) sont vivement discutés en Suisse. Malgré ces oppositions et les lourdes conséquences du développement des quatre-roues, comment le tout-voiture s’est-il imposé pendant la période de Grande accélération de l’Anthropocène (1950-2000) ?
Lay summary

Contenu et objectifs du travail de recherche

Cette recherche vise à mettre à jour les controverses qui ont jalonné la motorisation de la Suisse. Elle s’articulera sur deux axes thématiques abordés à travers des études de cas : 1) la construction d’autoroutes ; 2) la pollution de l’air, les nuisances sonores et leur régulation politique. Lorsqu’on met à jour les oppositions à l’automobile, se pose alors la question de leur marginalisation ou de leur « absorption » par les autorités. La Suisse présente en ce sens un terrain d’analyse intéressant puisque le système de démocratie directe offre des possibilités de s’opposer à des développements jugés contraires aux intérêts de la collectivité.

Contexte scientifique et sociétal du projet de recherche

La place de l’automobile dans la société suisse a été jusque-là peu étudiée par les historien·ne·s. Ce projet contribue à l’histoire des transports dans le sillage de l’histoire environnementale. Les récentes initiatives visant à donner plus de place aux cyclistes ou bannir la voiture des villes ont ravivé une certaine guerre entre les modes de transports. Cette recherche permet d’historiciser ce clivage et plus généralement la place de la voiture dans nos sociétés. Alors que la loi CO2 a été refusée par le peuple suisse en juin 2021, ces thématiques s’inscrivent dans des débats extrêmement actuels, à l’heure de l’urgence climatique.

Direct link to Lay Summary Last update: 01.09.2021

Responsible applicant and co-applicants

Name Institute

Abstract

english text belowS’inscrivant dans l’histoire environnementale et de l’Anthropocène, ce projet vise à comprendre quelles ont été les controverses scientifiques, politiques et sociales qui ont accompagné le développement du trafic motorisé individuel en Suisse pendant la seconde moitié du XXème siècle. Dans l’historiographie, on présente souvent la motorisation et la démocratisation de l’auto comme inéluctables, résultats d’une forte adhésion au sein de la population. Il est vrai que les préoccupations environnementales et contestations de ce développement ont été souvent inaudibles et rangées dans les résistances au « progrès » jugées conservatrices. Pourtant, d’innombrables groupes locaux s’opposant à la bétonisation, à la société de consommation ou à l’omniprésence de l’auto ont vu le jour pendant la période qualifiée de Grande accélération de l’Anthropocène (1950-2000). Ces groupes sont sensibles au coût financier, environnemental, sanitaire et social du développement de l’auto et tentent de le freiner ou proposent des alternatives de transport. Dans cette perspective, le développement fulgurant de la voiture apparait comme le résultat de luttes politiques où le transport motorisé sort le plus souvent vainqueur. Cette recherche s’articulera sur deux axes autour desquels se cristallisent des controverses : l’infrastructure ; la pollution. Ces thèmes seront abordés au travers de plusieurs études de cas : 1) la construction d’autoroute (traversée de la ville de Morges et autoroute Martigny-Brigue) ; 2) la régulation politique de la pollution de l’air et les nuisances sonores liées au trafic automobile. La Suisse offre un terrain d’analyse intéressant puisque le système de démocratie directe offre théoriquement des possibilités de s’opposer à des développements jugés contraires aux intérêts de la collectivité. Nous verrons ainsi comment la voiture, porteuse de nombreuses nuisances, s’est imposée malgré ce cadre politique. Contributing to the environmental history of the Anthropocene, this study aims to understand the scientific, political and social controversies that have accompanied the development of individual motorised traffic in Switzerland during the second half of the 20th century. Motorisation and the democratisation of the car have often been presented as inevitable. Environmental concerns and oppositions were often ignored or simply considered as conservative “resistances to progress”. Nevertheless, countless committees and local groups opposing excessive concreting, consumerism and the omnipresence of cars were born during the Grand Acceleration of the Anthropocene (1950-2000), including in Switzerland. These groups focused on the financial, environmental, health and social cost of the increase in cars and, as a result, attempted to curb these costs or to propose alternative forms of transport. In this perspective, the massive development of cars was the result of political struggles where the interest of the car industry held predominance.This research will focus on two areas corresponding to two types of controversy, 1) infrastructure ; 2) pollution. These areas will be addressed through several case studies namely 1) oppositions to highway construction and to road projects ; 2) the political regulation of air and noise pollution. Switzerland is an interesting laboratory for historical analysis because its direct democracy system theoretically offers opportunities to oppose developments considered as being against the interests of society. We shall thus see how the car continued its dominance despite this political framework.
-