Project

Back to overview

La fabrique de l’énergoculture. Enjeux politiques des projets culturels dans le domaine de l’énergie : trois études de cas dans le Nord Est de l’Angleterre.

English title The making of energoculture. The politics of cultural projects in the energy sector: three case studies in North East England.
Applicant Loloum Tristan
Number 164923
Funding scheme Early Postdoc.Mobility
Research institution Department of Anthropology Durham Energy Institute Durham University
Institution of higher education Institution abroad - IACH
Main discipline Ethnology
Start/End 01.03.2016 - 30.11.2017
Show all

All Disciplines (4)

Discipline
Ethnology
General history (without pre-and early history)
Sociology
Political science

Keywords (6)

patrimoine industriel; land art; pouvoir; énergoculture; tourisme; énergie

Lay Summary (French)

Lead
Cette enquête porte sur des projets culturels, patrimoniaux et touristiques visant à mettre en valeur des infrastructures énergétiques, qu’il s’agisse d’anciennes mines de charbon réaffectées pour d’autres usages récréatifs, de barrages hydroélectriques exploités à des fins touristiques, de sentiers pédestres au milieu de champs d’éoliennes, de circuits de visites dans des centrales nucléaires ou encore d’anciennes usines à vapeur transformées en musées. Cette étude est ainsi l’occasion d’analyser sociologiquement les représentations culturelles associées aux grandes infrastructures énergétiques, mais également d’interroger d’un point de vue critique les stratégies de relations publiques des fournisseurs d’énergie. Autrement dit, l’enquête traite des enjeux de pouvoir du secteur énergétique en les abordant au prisme des milieux culturels et touristiques.
Lay summary

Contenu et objectifs du travail de recherche

Ce projet de recherche vise à mieux comprendre ce domaine émergeant d’activités culturelles consistant à utiliser les installations énergétiques comme des objets touristiques, artistiques ou patrimoniaux. Ces projets, que j'ai qualifié d'« énergoculturels », visent à susciter de nouvelles représentations des paysages énergétiques. Tout en encourageant la population à se réapproprier ce « patrimoine énergétique », paradoxalement, ces projets révèlent aussi le pouvoir des grandes compagnies productrices d’énergie, qui en sont les principaux sponsors. L’action culturelle dans le domaine de l’énergie est donc au carrefour d’intérêts stratégiques multiples et souvent contradictoires, impliquant à la fois les acteurs de l’énergie, les acteurs du tourisme et de la culture, les décideurs publics et les citoyens.

Contexte scientifique et social du projet de recherche

Effectuée au sein du Département d’Anthropologie de l’Université de Durham, cette recherche est centrée sur le Nord Est de l’Angleterre, un fief historique de l’industrie et de l’exploitation minière. L’enquête de terrain portera sur trois projets culturels mettant en valeur trois sources d’énergie différents (le charbon, l’hydraulique, le nucléaire) à travers trois modalités d’intervention culturelle différentes (l’art, le patrimoine ou le tourisme) : Northumberlandia, la maison Victorienne de Cragside et la centrale nucléaire de Hartlepool. L’analyse de ces projets énergoculturels sera l’occasion d’aborder les défis d’une région fortement marquée par la crise industrielle mais aussi très innovante, tant dans la recherche de nouveaux systèmes énergétiques que dans la quête d’un renouveau économique et culturel.

Direct link to Lay Summary Last update: 15.01.2016

Responsible applicant and co-applicants

Collaboration

Group / person Country
Types of collaboration
Co-founder/ Energy Anthropology Network (EAN), European Association of Social Anthropologists (EASA) Italy (Europe)
- in-depth/constructive exchanges on approaches, methods or results
- Publication
- Research Infrastructure
- Exchange of personnel
- Industry/business/other use-inspired collaboration

Scientific events

Active participation

Title Type of contribution Title of article or contribution Date Place Persons involved
American Anthropology Association Talk given at a conference Renewables on Tour: The Cultural Politics of “Energy Tourism” 01.12.2017 Washington, United States of America Loloum Tristan;
Context and Challenges in Energy and Society Individual talk The Cultural Politics of Energy: Tourism, Art and Power 10.11.2017 Durham, Great Britain and Northern Ireland Loloum Tristan;
Architecture and Tourism, Fictions, Simulacra, Virtualities Talk given at a conference Gazing upon a power station: the tourist life of energy infrastructures 06.07.2017 Paris, France Loloum Tristan;
Energy Impacts - University of Bergen, 28 February – 2 March 2017 Talk given at a conference Energy Anthropology Network Launch 28.02.2017 Bergen, Norway Loloum Tristan;
Durham Energy Institute Seminar Individual talk Energy on tour: the politics of visitor access to power generation sites 15.12.2016 Durham, Great Britain and Northern Ireland Loloum Tristan;
Association of Social Anthropologists of the UK and Commonwealth - ASA 2016 : Footprints and futures: the time of anthropology Talk given at a conference (De)politicizing the energy transition 05.12.2016 Durham, Great Britain and Northern Ireland Loloum Tristan;
Roundtable Anthropology of Infrastructure, University of Bern Talk given at a conference Energy infrastructures as tourist attractions 22.11.2016 Berne, Switzerland Loloum Tristan;
Annual Conference of the Swiss Anthropological Association (SAA) - Anthropology in a World of Exclusion: Commonalities, Disciplinary Perspectives, Openings Talk given at a conference “There are no natives, just invaders from different times”: Transient identities in a Brazilian tourist destination 11.11.2016 Lausanne, Switzerland Loloum Tristan;
Anthropology of Tourism Colloquium Series, SOAS London Individual talk Touring the Electrical Sublime: The Cultural Politics of Energy Tourism 01.11.2016 London, Great Britain and Northern Ireland Loloum Tristan;
IV Colóquio Franco-Brasileiro: “Fabriquer la culture / Fabricar a cultura” Talk given at a conference Do engenho á Praia: Património, Herança e Memória 29.10.2016 Natal, Brazil Loloum Tristan;
Newton Researchers Link Workshop, The expansion of new frontiers for renewable energy Talk given at a conference Power on Tour: Energy Facilities as Tourist Attractions 27.10.2016 Goiás, Brazil Loloum Tristan;
14th European Association of Social Anthropologists Biennial Conference - EASA2016: Anthropological legacies and human futures Talk given at a conference Coal-for-tourism: the cultural politics of open cast mining in North East England 22.07.2016 Milan, Italy Loloum Tristan;
Durham Anthropology Department ‘welcome/wrap-up seminar’ Talk given at a conference Power on tour. Visitor policies and public relations of energy companies 08.06.2016 Durham, Great Britain and Northern Ireland Loloum Tristan;
Tourism Research Network Conference Talk given at a conference Energy heritage and tourism: a political anthropology of ‘energocultural’ projects in Northeast England 19.04.2016 Sheffield, Great Britain and Northern Ireland Loloum Tristan;


Self-organised

Title Date Place
Energy Anthropology Hotspot 28.10.2017 Durham, Great Britain and Northern Ireland
ASA Panel - The energy transition: an anti-politics machine? 05.07.2016 Durham, Great Britain and Northern Ireland

Knowledge transfer events

Active participation

Title Type of contribution Date Place Persons involved
Why the World Needs Anthropologists Poster 28.10.2017 Durham, Great Britain and Northern Ireland Loloum Tristan;


Communication with the public

Communication Title Media Place Year
Media relations: print media, online media Le vin pour enivrer les touristes Le Nouvelliste Western Switzerland 2016

Associated projects

Number Title Start Funding scheme
198018 Ethnographies of Power: a Political Anthropology of Energy 01.07.2020 Open Access Books

Abstract

Après avoir utilisé le feu pour cuire leur viande et se réchauffer, les hommes s’en sont servis pour se réunir et se raconter des histoires… Comment les infrastructures énergétiques influencent-elles la formation des collectifs humains et des États ? Plus qu’un enjeu environnemental et économique, l’énergie est un ciment culturel des sociétés. Ce projet de recherche s’intéresse à un domaine émergeant d’activités culturelles consistant à utiliser les installations énergétiques comme des objets touristiques, artistiques ou patrimoniaux : « safaris » dans des mines désaffectées, land art associés à des barrages hydroélectriques, sentiers didactiques dans des champs d’éoliennes, visites de centrales électriques, musées du pétrole ou du charbon, restauration de vieux moulins, etc. Tous ces projets, que j'ai qualifié d'« énergoculturels », destinés aussi bien à des professionnels de l’énergie qu’à des particuliers en quête d’expériences originales alliant paysages modernistes et contenus pédagogiques, visent à susciter de nouvelles représentations des paysages énergétiques, en renvoyant les visiteurs au gigantisme architectural, au génie et au travail humain, à l’innovation technologique et à la durabilité des ouvrages énergétiques plutôt qu’à l’image de pollution et de risque industriel à laquelle la production d’énergie est habituellement associée. Tout en encourageant la population à se réapproprier ce « patrimoine énergétique », paradoxalement, ces projets révèlent aussi le pouvoir des grandes compagnies productrices d’énergie, qui en sont les principaux sponsors. Ils peuvent également éveiller de nouvelles controverses, que ce soit de la part des écologistes ou des riverains qui y voient une tentative de maquiller les effets néfastes de la source d’énergie en question ; de la part des fournisseurs inquiets pour l’intégrité de leurs équipements, la sécurité du public et le secret industriel ; ou de la part des travailleurs et des habitants de la région qui ne se reconnaissent pas dans l’esthétique ou le message du projet proposé. L’action culturelle dans le domaine de l’énergie est donc au carrefour d’intérêts stratégiques multiples et souvent contradictoires. Pour les acteurs de l’énergie, il peut s’agir d’instruments de relations publiques visant à redorer l’image de la marque, fidéliser la clientèle (a fortiori dans un contexte de libéralisation du secteur), améliorer les relations avec les populations environnantes, ou encore faire œuvre philanthropique dans le cadre de la Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE). Pour les acteurs du tourisme, engager des partenariats avec les multinationales de l’énergie est souvent l’occasion de créer de nouvelles offres et de trouver des soutiens financiers particulièrement bienvenus en période de restrictions budgétaires. Pour les décideurs publics, de tels projets peuvent être des leviers économiques, participer à la promotion du territoire et à la diversification de l’économie, tout en augmentant la réflexivité énergétique des visiteurs en les sensibilisant aux défis de l’énergie. Enfin, le patrimoine industriel énergétique peut constituer un véritable ciment identitaire et mémoriel pour les populations locales, en particulier dans les régions où l’industrie reste un pilier de l’histoire collective. Dans la continuité de recherches portant sur les enjeux sociaux et politiques de l’énergie (Nader, 2010), ce projet cherche à comprendre le rôle de l’action culturelle dans la production de normes et valeurs associées aux infrastructures énergétiques. Le terme proposé « d’énergoculture » se réfère à un champ émergeant d’activités situées à l’intersection de l’action culturelle et de la production énergétique : projets touristiques, patrimoniaux ou artistiques impliquant les infrastructures énergétiques en vue de promouvoir de nouvelles expériences, représentations et connaissances auprès du public (Frantál et Urbánkova, 2014 ; Lopez, 2014 ; Brun, 2004 ; Tornatore, 2004). Une hypothèse explorée dans ce travail est que l’influence grandissante des acteurs de l’énergie dans la vie culturelle est révélatrice d’un nouveau « régime énergopolitique », un champ de pouvoir à la jonction des agences gouvernementales et des entreprises énergétiques (Rogers, 2014). En effet, si la gestion de l’énergie a toujours eu partie liée avec le gouvernement des populations et la formation des Etats (Mitchell, 2013), le contexte actuel de « transition énergétique » (rareté des hydrocarbures, crise du nucléaire, défis des énergies renouvelables, libéralisation des marchés) et de recul de l’État-Providence est propice à l’émergence d’un nouvel « énergopouvoir » (Boyer, 2014). Ce projet de recherche s’inscrit également dans la continuité de mes travaux de thèse, qui considèrent le tourisme (Loloum, 2015a, 2015b, 2013 ; Aledo et al. 2013, 2015) et le patrimoine (Loloum et Lins, 2012) comme des révélateurs des évolutions sociohistoriques et des luttes politiques d’une région donnée. Centrée sur le Nord Est de l’Angleterre - un fief historique de l’industrie et de l’exploitation minière - l’enquête porte sur trois projets culturels mettant en valeur trois sources d’énergie (le charbon, l’hydraulique, le nucléaire) à travers l’art, le patrimoine ou le tourisme : 1) Northumberlandia, une sculpture paysagère réalisée à proximité de Newcastle à partir des résidus d’une mine de charbon à ciel ouvert; 2) la maison Victorienne de Cragside, la première au monde entièrement éclairée à l’énergie hydraulique ; 3) le controversé circuit de visites de la centrale nucléaire de Hartlepool. L’analyse de projets énergoculturels dans le Nord Est de l’Angleterre sera une manière d’aborder les défis de ce territoire fortement marqué par la crise industrielle mais aussi très innovant, tant dans la recherche de nouveaux systèmes énergétiques que dans la quête d’un renouveau économique et culturel pour les anciennes friches de l’industrie (Bailoni, 2007 ; Siméon, 2014 ; Howard et Hannam, 2010).
-