Project

Back to overview

Appropriation des espaces urbains par les jeunes en Suisse: cultures juvéniles et enjeux de reconnaissance

English title Appropriation of urban spaces by young people in Switzerland: youth cultures and recognition
Applicant Colombo Annamaria
Number 197198
Funding scheme Project funding
Research institution Haute école fribourgeoise de travail social HES-SO
Institution of higher education University of Applied Sciences and Arts Western Switzerland - HES-SO
Main discipline Social work
Start/End 01.03.2021 - 28.02.2025
Approved amount 512'764.00
Show all

All Disciplines (2)

Discipline
Social work
Sociology

Keywords (6)

socialisation juvénile; reconnaissance; rue; normes sociales; Cultures juvéniles; espace urbain

Lay Summary (French)

Lead
Ce projet étudie les cultures juvéniles déployées dans quatre villes de Suisse (Genève, Zurich, Fribourg et Mendrisio). Il s’intéresse spécifiquement à la manière dont les jeunes investissent leur quartier, la rue, les places et parcs publics, les préaux d’école etc., pour créer du lien social avec leurs pairs. Le terrain d’enquête investigue simultanément les échanges ayant lieu en présentiel et en ligne (via les médias sociaux).
Lay summary

Contenu et objectif du travail de recherche

Dans les petites et grandes villes de Suisse, la population juvénile se retrouve dans les espaces urbains pour discuter, écouter de la musique, se filmer, partager leurs expériences. La présence des jeunes comme leurs pratiques sociales et culturelles dans l’espace public peuvent être sources de tensions dans la cohabitation avec d’autres actrices et acteurs de la cité. Pourtant, la sociabilité juvénile et la liberté d’appropriation des espaces urbains font partie du processus de socialisation, c’est-à-dire de construction de soi et d’acquisition de l’autonomie.

L’objectif du travail de recherche est de documenter et de comprendre la manière dont les jeunes occupent la ville, ainsi que les obstacles et les opportunités qu’ils et elles rencontrent dans les espaces urbains. La focale est placée sur la manière dont les jeunes perçoivent leurs besoins et leurs expériences.

Contexte scientifique et social du projet de recherche

Cette recherche permet d’offrir des connaissances transversales sur les cultures juvéniles en Suisse, puisqu’elle se déploie dans les trois plus grandes régions linguistiques. Elle offrira ainsi un savoir scientifique au niveau national, mais également des ressources nécessaires aux pouvoirs publics comme aux travailleurs sociaux et travailleuses sociales pour agir sur le terrain de la jeunesse de manière informée et pertinente.

Mots clés

Cultures juvéniles, espaces urbains, socialisation, lien social, rue, médias sociaux

Direct link to Lay Summary Last update: 09.10.2020

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Abstract

Ce projet de recherche étudie les cultures juvéniles développées entre pairs dans et à partir d’espaces urbains en Suisse, en présentiel et en ligne, et les manières dont elles contribuent à la socialisation et à la reconnaissance sociale des jeunes, tout en tenant compte de leurs appartenances de classe et de genre. Dans plusieurs villes de Suisse, des jeunes s’approprient des espaces urbains pour se retrouver entre pairs pour discuter, écouter de la musique, se filmer, partager leurs expériences, en d’autres termes, y développer des pratiques sociales et culturelles, qui peuvent être source de tensions dans la cohabitation avec d’autres actrices et acteurs, mais qui peuvent aussi contribuer au processus de socialisation juvénile. Dans le but de mieux comprendre cette réalité, ce projet prévoit de récolter des données sur les pratiques sociales et culturelles de 40 jeunes de 14 à 20 ans dans quatre villes de Suisse : Genève, Zurich, Fribourg et Mendrisio. Plus précisément, il poursuit les quatre objectifs suivants : 1. comprendre pourquoi et comment les jeunes s’approprient des espaces urbains ; 2. identifier les pratiques sociales et culturelles que les jeunes développent entre pairs dans et à partir de ces espaces, en présentiel et en ligne, et comprendre le sens de ces pratiques à leurs yeux ; 3. analyser en quoi les appartenances de classe et de genre sont en lien avec ces pratiques ; 4. comprendre le rôle joué par les cultures juvéniles dans le processus de socialisation des jeunes et les dynamiques de reconnaissance qui y sont liées.Cette démarche sera réalisée de manière participative, en étroite collaboration avec quatre institutions œuvrant respectivement dans chacune des villes, ainsi que, dans la mesure du possible, avec des jeunes concerné.e.s, dans un dialogue constant entre savoirs scientifiques, professionnels et expérientiels, considérés comme complémentaires. En s’appuyant sur la méthodologie de l’ethnographie multi-sites, ce projet combine et articule de façon originale et inédite différents contextes et outils de récolte des données dans un même dispositif. Trois outils méthodologiques seront combinés : 1. des observations collaboratives seront effectuées dans 8 sites urbains que les jeunes s’approprient (2 par ville), 2. des entretiens semi-structurés seront réalisés en deux phases avec 40 jeunes occupant ces espaces (10 par ville) et 3. des observations collaboratives seront menées dans les espaces numériques investis par ces mêmes jeunes pour y développer des pratiques sociales et culturelles en continuité avec celles développées dans les espaces urbains. Les cultures juvéniles seront ainsi analysées dans un continuum entre espace urbains et espaces numériques afin de saisir comment l’un et l’autre contexte relationnel s’articulent et s’alimentent. La récolte comme l’analyse des données seront centrées sur les relations entre pairs, les pratiques sociales et culturelles et les appartenances sociales de classe et de genre des participant.e.s à l’enquête. Les travaux portant sur la socialisation juvénile montrent que nous vivons dans un contexte sociétal où les cultures juvéniles, dans la rue comme en ligne, sont mal connues et font l’objet de jugements moraux. Ils et elles sont soit « trop » dans la rue, soit « trop » sur leurs écrans. En apportant des connaissances scientifiques sur des enjeux traités par les médias, mais peu par la communauté scientifique en Suisse, cette recherche vise à répondre à des besoins scientifiques et pratiques dans le champ du travail social. Sur le plan théorique, elle comblera un manque de connaissances sur les modes d’appropriation des espaces urbains par les jeunes en Suisse et les cultures juvéniles qui s’y déploient. Sur le plan pratique, il apportera des réponses aux questionnements de professionnel.le.s du travail social et des pouvoirs publics sur les enjeux éducatifs et sociaux des pratiques juvéniles, tant dans les espaces urbains que dans les espaces numériques.
-