Project

Back to overview

Les « traités d’ambassadeurs » : expérience personnelle et construction d’un discours normatif (XIIIe-XVIe siècle)

English title Treatises on the Ambassador: personal experience and the construction of a normative discourse (XIIIth-XVIth centuries)
Applicant Perret Noëlle-Laetitia
Number 185789
Funding scheme PRIMA
Research institution Département des Sciences Historiques Université de Fribourg
Institution of higher education University of Fribourg - FR
Main discipline General history (without pre-and early history)
Start/End 01.09.2019 - 31.08.2024
Approved amount 1'342'031.00
Show all

Keywords (17)

histoire culturelle; ambassadeur; diplomatie; codicologie; modèles normatifs; manuscrit; ambassade; histoire politique; philologie; Ermolao Barbaro; moyen âge; paléographie; latin; Bernard de Rosier; Guillaume Durand; pratiques diplomatiques; relations internationales

Lay Summary (French)

Lead
Ce projet vise à retracer le long - et lent - processus de maturation, encore inachevé au début du XVIe siècle, qui permet à la figure de l’ambassadeur d’acquérir une importance plus grande et de revêtir des contours beaucoup plus nets dans les réflexions juridiques et politiques. En analysant et en éditant des traités d’ambassadeurs, écrits entre le XIIIe et le milieu du XVIe siècle, qui n’ont jamais été édités de manière critique, ce projet remédiera à une lacune de la recherche dans le domaine. En s’appuyant sur ce corpus, l’étude proposée palliera au manque d’intérêt porté à cette littérature qui se présente pourtant comme une source de premier ordre pour comprendre le développement de la diplomatie au cours des derniers siècles du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. Parmi les seize traités retenus, une attention particulière sera portée aux traités pionniers et innovants de Guillaume Durand (1230-1296), Bernard de Rosier (1400-1475) et Ermolao Barbaro (1454-1493).
Lay summary
Le projet poursuit trois objectifs :

Objectif 1 : Une recherche approfondie sur la figure de Guillaume Durand et sur la genèse et la circulation de son Speculum legatorum (1279), premier traité exclusivement consacré aux droits et devoirs des légats pontificaux. 

Objectif 2 : Editer et traduire en français le Speculum legatorum (v. 1279) de Guillaume Durand,  l'Ambaxiatorum Brevilogus (1436) de Bernard de Rosier et le De officio legati  (1489) d'Ermolao Barbaro. 

Objectif 3 : A travers une lecture synoptique de l'ensemble des seize traités retenus dans ce projet, il s’agira de saisir précisément comment la figure du légat-ambassadeur, encore vaguement définie sous la plume de Guillaume Durand, gagne en consistance au XVe siècle. Quelles sont les personnes et les circonstances qui contribuent à la genèse de réflexions spécifiques sur le légat et l’ambassadeur? Quels sont les liens entre ces différents modèles normatifs et la réalité des faits historiques? Comment se déroule l’élaboration d’une formalisation juridique dans un contexte historique donné? Sous quelles formes matérielles celle-ci circule-t-elle? Telles sont les interrogations qui guideront nos réflexions.
 
Plus généralement, cette recherche vise à reconsidérer le rôle traditionnellement octroyé au Moyen Âge occidental dans l’histoire de la diplomatie. Cette recherche s’inscrit dans le renouveau des études consacrées à l’histoire de la diplomatie médiévale qui ne considèrent désormais plus l’apparition des ambassadeurs comme un phénomème propre à la modernité, mais comme le fruit d’un processus étroitement relié à la construction interne des États qui s’instaure dès le XIIIe siècle. Ce processus de construction de l’état moderne, auquel est intimement lié le déploiement de l’activité diplomatique médiévale, recouvre d’importants enjeux sociaux et politiques qui s’inscrivent dans la longue durée.  
Direct link to Lay Summary Last update: 27.08.2019

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Abstract

Ce projet vise à retracer le long - et lent - processus de maturation, encore inachevé au début du XVIe siècle, qui permet à la figure de l’ambassadeur d’acquérir une importance plus grande et de revêtir des contours beaucoup plus nets dans les réflexions juridiques et politiques. En analysant et en éditant des traités d’ambassadeurs, écrits entre le XIIIe et le milieu du XVIe siècle, qui n’ont jamais été édités de manière critique, ce projet remédiera à une lacune de la recherche dans le domaine. En s’appuyant sur ce corpus, l’étude proposée palliera au manque d’intérêt porté à cette littérature qui se présente pourtant comme une source de premier ordre pour comprendre le développement de la diplomatie au cours des derniers siècles du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. Parmi les seize traités retenus, une attention particulière sera portée aux traités pionniers et innovants de Guillaume Durand (1230-1296), Bernard de Rosier (1400-1475) et Ermolao Barbaro (1454-1493).Plus généralement, cette recherche vise à reconsidérer le rôle traditionnellement octroyé au Moyen Âge occidental dans l’histoire de la diplomatie. Cette recherche s’inscrit dans le renouveau des études consacrées à l’histoire de la diplomatie médiévale qui ne considèrent désormais plus l’apparition des ambassadeurs comme un phénomème propre à la modernité, mais comme le fruit d’un processus étroitement relié à la construction interne des États qui s’instaure dès le XIIIe siècle. Ce processus de construction de l’état moderne, auquel est intimement lié le déploiement de l’activité diplomatique médiévale, recouvre d’importants enjeux sociaux et politiques qui s’inscrivent dans la longue durée. Le projet poursuit trois objectifs :Objectif 1 : Une recherche approfondie sur la figure de Guillaume Durand et sur la genèse et la circulation de son Speculum legatorum (1279), premier traité exclusivement consacré aux droits et devoirs des légats pontificaux. Objectif 2 : Editer et traduire en français le Speculum legatorum (v. 1279) de Guillaume Durand, l'Ambaxiatorum Brevilogus (1436) de Bernard de Rosier et le De officio legati (1489) d'Ermolao Barbaro. Objectif 3 : A travers une lecture synoptique de l'ensemble des seize traités retenus dans ce projet, il s’agira de saisir précisément comment la figure du légat-ambassadeur, encore vaguement définie sous la plume de Guillaume Durand, gagne en consistance au XVe siècle. Quelles sont les personnes et les circonstances qui contribuent à la genèse de réflexions spécifiques sur le légat et l’ambassadeur? Quels sont les liens entre ces différents modèles normatifs et la réalité des faits historiques? Comment se déroule l’élaboration d’une formalisation juridique dans un contexte historique donné? Sous quelles formes matérielles celle-ci circule-t-elle? Telles sont les interrogations qui guideront nos réflexions.
-