Project

Back to overview

Humour et formes du rire dans la littérature suisse romande contemporaine (depuis 1945)

English title Humour and forms of laughter in contemporary francophone Swiss literature (from 1945)
Applicant Bottarelli Alice
Number 181692
Funding scheme Doc.CH
Research institution Faculté des lettres Université de Lausanne
Institution of higher education University of Lausanne - LA
Main discipline Romance languages and literature
Start/End 01.02.2019 - 30.09.2022
Approved amount 254'964.00
Show all

All Disciplines (5)

Discipline
Romance languages and literature
Arts
Swiss history
Music, Theatre
Sociology

Keywords (6)

Littérature romande; Humour; Formes du rire; Rapport à Paris / francophonie; Décalage, décentrement, excentricité; Intermédialité

Lay Summary (French)

Lead
Longtemps réputé austère, moraliste et rigoureux, "l’esprit romand" peut aussi donner libre cours à un humour joyeux ou combatif, tendre ou corrosif. Se sentant parfois doublement marginalisés (par rapport à la France et au reste de la Suisse), les écrivains romands ont de bonnes raisons de profiter des vertus unifiantes et autocritiques de l’humour. Ce projet aura pour but de faire mieux connaître cette face souvent ignorée de la littérature romande.
Lay summary

Existe-il un humour romand ? Quels seraient ses formes, ses motifs, ses expressions privilégiées ? Cette recherche visera à démontrer que l’humour n’est pas une manifestation anecdotique, mais bien une tendance marquée chez de nombreux auteurs romands, et un véritable mode d’expression artistique et de relation au monde. Autrement dit, qu’il existe des imaginaires communs, des récurrences formelles, des possibilités d’identification collective dans les œuvres romandes humoristiques, et que leur qualité littéraire est à penser en lien avec leur humour.

La première partie du projet établira un panorama du contexte socioculturel et historique de la littérature romande, depuis 1945 jusqu’à aujourd’hui. La deuxième fera le lien entre contexte et textes : l’humour étant un moyen pour les auteurs de se positionner et de se singulariser, il s’agira de vérifier comment cette "stratégie" opère à différents niveaux, dans les œuvres et dans l’espace social. Enfin, la dernière s’attachera à décrire comment le rire fonctionne dans les textes.

Le rire est un domaine très actuel et foisonnant pour la recherche, par sa dimension interdisciplinaire, internationale, transhistorique. Jamais considéré dans une perspective critique en lien avec le corpus romand, il permettra de mettre en lumière des auteurs très peu étudiés tels que Jean Villard-Gilles ou Benoziglio.

Direct link to Lay Summary Last update: 20.07.2018

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Collaboration

Group / person Country
Types of collaboration
CSLF (Centre des sciences des littératures en langue française) de l'Université Paris-Nanterre France (Europe)
- in-depth/constructive exchanges on approaches, methods or results
- Publication
- Research Infrastructure

Scientific events

Active participation

Title Type of contribution Title of article or contribution Date Place Persons involved
Jeu de rôle et transmission littéraire Talk given at a conference Table ronde : Jeu de rôle et création littéraire 05.03.2020 Université de Lausanne, Switzerland Bottarelli Alice;
« Écritures » : production, publication et réception de la (non-)littérature Individual talk Jean Villard-Gilles, auteur hors du livre ? 06.01.2020 Université de Lausanne, Switzerland Bottarelli Alice;
Colloque Robert Pinget Talk given at a conference Grande lecture, grande fatigue. Comment (faire) lire Pinget 22.11.2019 Université de Genève, Switzerland Bottarelli Alice;


Knowledge transfer events

Active participation

Title Type of contribution Date Place Persons involved
Journée Jean Villard-Gilles Talk 07.04.2019 Mollens, Switzerland Bottarelli Alice;
Courtisanes et poétesses : de Grisélidis Réal à aujourd’hui Talk 01.04.2019 Lausanne, Switzerland Bottarelli Alice;


Self-organised

Title Date Place
Journée Jean Villard-Gilles 06.04.2019 Mollens, Switzerland
Courtisanes et poétesses : de Grisélidis Réal à aujourd’hui 01.04.2019 Lausanne, Switzerland

Communication with the public

Communication Title Media Place Year
Media relations: radio, television Vertigo - Auteur.trice.s lanceur.se.s dalertes ? RTS La Première Western Switzerland 2020
Media relations: radio, television Gilles, le Vaudois adulé à Paris RTS Espace 2 Western Switzerland 2019
Print (books, brochures, leaflets) Le Poème et le Territoire. Promenades littéraires en Suisse romande Western Switzerland International 2019
Media relations: radio, television Millésime RTS La Première Western Switzerland 2019

Abstract

Minoritaire politiquement vis-à-vis de la Suisse allemande, culturellement vis-à-vis de la France, la Suisse romande a toutes les raisons, pour se singulariser ou résoudre certains complexes d’infériorité, de déployer l’humour dans ses expressions littéraires. L’humour, forme particulière du rire qui met en jeu et en scène l’auteur lui-même, a pour atout de créer un effet de connivence, une « complicité spirituelle » avec le lecteur (Vaillant 2016). Pourtant, les écrivains romands sont davantage connus pour leur austérité calviniste (Silberstein 1990) que pour leur sens de la dérision.Évacué des préoccupations académiques en littérature romande, le rire a longtemps été victime d’une certaine conception de « l’esprit romand » : prédisposé à la gravité et à l’introspection, sensible à la nature, volontiers utilitaire et moraliste (Maggetti 2001). Cette conception, au cœur des stratégies d’autojustification de la littérature romande, a été validée et entretenue par les romanciers, poètes, critiques, professeurs qui, au XIXe et début du XXe siècles, ont contribué à nationaliser et institutionnaliser le patrimoine romand, dans une optique passablement rigide. Or ce fonctionnement en vase clos élimine la question du rire, qui peine encore à se frayer un chemin dans les études littéraires en Suisse francophone. Il procède d’un double phénomène : la déconsidération du rire par la critique encourage les écrivains à produire des œuvres sérieuses, et la teneur majoritairement sérieuse de leurs œuvres corrobore de facto l’exclusion du comique par la critique.Le présent projet s’appliquera à déconstruire ce fonctionnement autotélique, et à mettre en lumière des écrivains prolixes, qui ont une place importante dans le patrimoine culturel romand mais n’ont jamais fait l’objet d’études universitaires approfondies (Jean Villard-Gilles et Jean-Luc Benoziglio en sont les plus flagrants exemples). Chez ceux-ci, l’humour est constitutif de l’écriture ; il fonde un rapport au monde. Vis-à-vis d'une culture française ressentie comme hégémonique, il n’est pas un simple artifice pour les auteurs romands, mais permet la revendication d’une marginalité.Il s’agira donc d’établir une cartographie multiforme du rire en Suisse romande, dans ses expressions littéraires et en marge du littéraire. Comme le rire résiste aux usages normés et à l’assignation à des genres, il colonise sans distinction diverses plateformes de création, qu’il sera indispensable de considérer afin de comprendre les dynamiques sociales et artistiques qui président à son apparition. L’édition littéraire n’est qu’un des modes de diffusion de l’écrit susceptibles d’accueillir l’humour : presse, radio, chanson, théâtre, cabaret apparaissent comme des terrains d’autant plus intéressants pour la recherche qu’ils s’adressent à des publics différents, souvent plus larges. Prendre en compte ces espaces comme relais de certains types d’humour permettra d’enrichir et décloisonner le corpus livresque. Mon approche se limitera toutefois à des créations qui relèvent prioritairement de l’écrit ; pour des raisons de taille et de cohérence du corpus, j’exclurai les médias où l’image, irréductible au texte, joue un rôle essentiel dans l’expression du rire (télévision, cinéma, vidéo, caricature, bande dessinée). De même, j’écarterai a priori les œuvres qui n’ont pas été rendues publiques (inédits, écrits personnels, correspondances non publiées).Ce projet se déroulera en trois grandes étapes. La première consistera à établir un état des lieux de la littérature romande depuis 1945 dans son contexte socioculturel et historique, afin de détailler les circonstances propices à l’émergence de l’humour. La date de 1945 constitue un jalon à différents égards : au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l’édition romande connaît d’importants changements structurels ; les écrivains sont à nouveau libres de circuler hors du pays et de s’établir en France ; le rire n’est plus réquisitionné pour rétablir le moral des troupes et solidariser la population. Durant la guerre, les conditions éditoriales ont en effet été très particulières (la Suisse ayant servi de plateforme-relais pour bien des écrivains français), mais dès la fin des années 1940, éditeurs et auteurs suisses sont contraints de faire face à des phénomènes de protectionnisme et de replis nationaux. Dans ce cadre complexe, les questions posées par la position périphérique de la Suisse se renouvellent, et il sera intéressant d'observer le rôle que joue l’humour dans cette redéfinition des enjeux interculturels - en poursuivant cette enquête jusqu’à la période ultracontemporaine.La deuxième phase visera à mettre en relief le corpus avec l’apport de la sociologie de la littérature et de l’analyse du discours, pour examiner ce que permet l’humour à un écrivain romand, et à quelles fins il le mobilise. Cette approche permettra de questionner l’interaction entre les « discours sociaux » sur la littérature romande et les positionnements des écrivains, entre milieux journalistiques, académiques, éditoriaux et productions artistiques.La troisième partie s’appuiera sur des outils linguistiques, stylistiques et narratologiques pour décrire les tendances génériques de l’humour romand, leurs manifestations particulières dans les textes et les marques qui relèvent d’un ton humoristique.Ce travail de recherche sera essentiellement basé à l'Université de Lausanne, sous la direction du prof. Daniel Maggetti, expert de la littérature romande depuis son « invention » jusqu’à ses manifestations les plus actuelles, et directeur du Centre de recherches sur les lettres romandes (CRLR). La troisième année du projet se déroulera à l’Université Paris-Nanterre, en cotutelle avec le prof. Alain Vaillant, qui mène depuis plus de vingt ans une recherche de grande ampleur sur le rire.En tant que fait de culture et de civilisation, le rire, et plus encore l’humour, est constitutif du tissu social, crée du lien, permet la mise en question des « identités » nationales et régionales. Ce décalage qu’il instaure apparaît dès lors comme un objet d’étude non seulement passionnant, mais aussi salutaire.
-