Project

Back to overview

De l’« image statistique » à l’image digitale. Pour une histoire culturelle et matérielle de la visualisation des données (1870-1950)

English title From “statistical image” to digital image. Towards a cultural and material history of data visualization (1870-1950)
Applicant Deblue Claire-Lise
Number 177668
Funding scheme Advanced Postdoc.Mobility
Research institution Institut national d'histoire de l'art
Institution of higher education Institution abroad - IACH
Main discipline Visual arts and Art history
Start/End 01.03.2019 - 30.04.2021
Show all

All Disciplines (2)

Discipline
Visual arts and Art history
Theatre and Cinema

Keywords (5)

Visualisation des données; Statistique; Histoire et épistémologie des sciences; Archéologie des médias; Epistémologie des humanités numériques

Lay Summary (French)

Lead
Depuis une vingtaine d’années, la visualisation graphique est devenue un outil central d’observation, d’analyse et de communication dans le domaine de la science des données. Loin d’un phénomène purement contemporain lié à l’essor des cultures et des humanités digitales, le développement des techniques de visualisation des données fut au cœur d’un vaste mouvement de reconfiguration des savoirs scientifiques et techniques, qui prit son essor dans les années 1870 déjà. Cette « pré-histoire » de la visualisation des données est au centre de ce nouveau projet de recherche.
Lay summary

Contenu et objectifs du travail de recherche

Ce projet de recherche interdisciplinaire s’intéresse aux usages et aux pratiques de la visualisation des données avant l’avènement de l’informatique. Il inscrit ce phénomène dans une histoire longue de l’essor de la pensée statistique et de sa popularisation, de l’objectivité scientifique et de ses pratiques, de la culture de masse et de la modernité enfin.

Comment les représentations statistiques participèrent-elles à reconfigurer les catégories, les normes et les hiérarchies du discours scientifique ? De quelle manière les images– fixes ou animées – et ses différents supports matériels participèrent-elles à la circulation des savoirs et à l’avènement des sciences économiques et sociales en tant que disciplines ?

Contexte scientifique et social du projet de recherche

Malgré l’omniprésence des représentations statistiques dans le domaine des sciences, la genèse de ce phénomène, aussi incontournable que controversé, demeure largement méconnue. L’historiographie s’est en effet le plus souvent consacrée à une histoire internaliste de la visualisation graphique, sans chercher à retracer les usages sociaux des images statistiques, sans tenir compte des pratiques qui les façonnèrent, ni de leurs publics et des multiples formes de leur circulation – que ce soit à travers l’imprimé, la photographie, l’exposition ou le film.

Direct link to Lay Summary Last update: 18.02.2019

Responsible applicant and co-applicants

Publications

Publication
Des Galeries du commerce à la campagne de Beaulieu : itinéraire d’une foire commerciale
Debluë Claire-Lise (2021), Des Galeries du commerce à la campagne de Beaulieu : itinéraire d’une foire commerciale, in Ripoll David (ed.), Société d’histoire de l’art en Suisse, Berne, 36-53.
Du colportage au commerce de détail : brève histoire de l’étalagisme à Lausanne (1850-1950)
Debluë Claire-Lise (2021), Du colportage au commerce de détail : brève histoire de l’étalagisme à Lausanne (1850-1950), in Revue suisse d'histoire/Schweizerische Zetischrift für Geschichte, 71(1), 7-33.
Le savoir en mouvement. Images, statistiques et documents dans les musées sociaux autour de la Première Guerre mondiale
Debluë Claire-Lise, Le savoir en mouvement. Images, statistiques et documents dans les musées sociaux autour de la Première Guerre mondiale, in Joschke Christian (ed.), éditions des Presses de Paris Nanterre , Paris.
Sous le signe de la culture. La Suisse présente la Suisse, une opération de “goodwill” au Sénégal ?
Debluë Claire-Lise, Sous le signe de la culture. La Suisse présente la Suisse, une opération de “goodwill” au Sénégal ?, in Knodel Bernard (ed.), HEAD, Genève.

Collaboration

Group / person Country
Types of collaboration
Design graphique et diplomatie culturelle/HEAD, Genève Switzerland (Europe)
- in-depth/constructive exchanges on approaches, methods or results
- Publication
Institut d'Etudes politiques, UNIL Switzerland (Europe)
- Publication
Economic Knowledge on Display/Université Paris 1 France (Europe)
- in-depth/constructive exchanges on approaches, methods or results
- Publication

Scientific events

Active participation

Title Type of contribution Title of article or contribution Date Place Persons involved
Business History Conference 2021 Annual Meeting Talk given at a conference What Can Business History Learn from Media History? Media Archaeology and the Challenge of Technological Determinism 11.03.2021 Detroit, United States of America Deblue Claire-Lise;
Beyond Borders: The Key for Art Market Power Talk given at a conference Art Societies as Local and Transnational Power Institutions. The Case of Zurich 02.11.2020 Lisbonne, Portugal Deblue Claire-Lise;
Museum Exhibition Design: Histories and Futures Talk given at a conference Exhibition Design and the Making of Economic Knowledge 01.09.2020 Brighton, Great Britain and Northern Ireland Deblue Claire-Lise;
Department of Film Studies Guest Speaker Series Individual talk Data on Display: Media and the Making of Statistical Knowledge Before the Computer 06.03.2020 St Andrews, Great Britain and Northern Ireland Deblue Claire-Lise;
Graphic Design and Cultural Diplomacy. An Exhibition at the Musée Dynamique in Dakar under Review Talk given at a conference « “Vingt fois sur le métier…” : l’histoire des expositions à l’aune de leurs professions. Sources, acteurs et réseaux » 12.11.2019 Genève, Switzerland Deblue Claire-Lise;
Titre de la journée d’études : Exposer les savoirs économiques. Visualité et matérialité (19e-21es.)/Economic Knowledge on Display. Visuality and Materiality (19th-21st centuries) Talk given at a conference « Du musée au bureau. Jalons pour une histoire matérielle de la visualisation des données (1870-1950) » 11.04.2019 Lausanne, Switzerland Deblue Claire-Lise;


Self-organised

Title Date Place
Exposer les savoirs économiques. Visualité et matérialité (19e-21es.)/Economic Knowledge on Display. Visuality and Materiality (19th-21st centuries) 11.04.2019 Lausanne, Switzerland

Abstract

Depuis une vingtaine d’années, la visualisation graphique est devenue un outil central d’observation, d’analyse et de communication dans le domaine de la science des données. Loin d’un phénomène purement contemporain lié à l’essor des cultures et des humanités digitales, le développement des techniques de visualisation des données s’inscrit au cœur d’un vaste mouvement de reconfiguration des savoirs scientifiques et techniques, qui prit son essor dans les années 1870 déjà. Avant que les premières images digitales générées par ordinateur ne voient le jour au tournant des années 1950, la « méthode graphique » - lointaine précurseur des techniques contemporaines de visualisation des données -, fut en effet placée au cœur de la fabrique des savoirs. Durant près d’un siècle, l’influence croissante du « langage de la quantité » dans le domaine des sciences (Porter, 1995), se traduisit par une omniprésence des images statistiques. Ce phénomène qui fut aussi incontournable que controversé demeure largement méconnu. L’historiographie s’est en effet le plus souvent consacrée à une histoire internaliste de la visualisation graphique, sans chercher à retracer les usages sociaux des images statistiques, sans tenir compte des pratiques qui les façonnèrent, ni de leurs publics et des multiples formes de leur circulation - que ce soit à travers l’imprimé, la photographie, l’exposition ou le film.Conçu comme un projet interdisciplinaire, à la croisée de l’histoire visuelle et des médias, de l’histoire des sciences et de l’histoire matérielle, De l’image statistique à l’image digitale. Pour une histoire culturelle et matérielle de la visualisation des données, 1870-1950 comble plusieurs de ces lacunes. Premièrement, il s’intéresse aux « pionniers » de la visualisation des données qui, à la fin du 19e siècle, s’emparèrent de la « méthode graphique » pour faire de la statistique visuelle un outil scientifique de production et de diffusion des savoirs. Deuxièmement, ce projet se recentre sur les « médiateurs » (graveurs, illustrateurs, graphistes ou cinéastes) qui contribuèrent à la diversification et à la popularisation des usages de la statistique graphique, favorisant ainsi son inscription dans la culture visuelle moderne. Troisièmement, il étudie les circulations (objets, acteurs et pratiques) de la statistique visuelle dans une perspective transnationale, du point de vue de la diversification des espaces de savoir (Bonneuil & Pestre, 2015). D’un point de vue théorique, De l’image statistique à l’image digitale propose une réflexion épistémologique qui, en tenant compte de la visualité et de la matérialité des données, étudie la construction des savoirs statistiques et numériques selon une double perspective. En premier lieu, ce projet mène une réflexion sur les relations entre image et savoir en analysant la manière dont l’essor de la pensée statistique et des formes visuelles de l’information quantitative contribuèrent à redéfinir les usages et les normes scientifiques. En deuxième lieu, il analyse les interactions entre statistique visuelle, design graphique et médias de masse, et ouvre de nouvelles perspectives pour « penser matériellement » (Edwards & Hart, 2004) l’impact des images statistiques - fixes ou animées -  dans la culture visuelle. D’un point de vue méthodologique, cette recherche inscrit l’histoire de la visualisation des données dans une histoire longue de l’essor de la pensée statistique (Porter, 1986) et de sa popularisation, de l’objectivité scientifique et de ses pratiques (Daston & Galison, 2012), de la culture de masse et de la modernité visuelle enfin (Cowan, 2014). Dans le choix de ses objets comme dans celui de ses méthodes, cette recherche a pour objectif d’inaugurer une réflexion à la fois historique et épistémologique sur la construction de l’objectivité statistique et sur le rôle des procédés de visualisation dans la production et la dissémination des savoirs. Les résultats de ce projet interdisciplinaire qui s’inscrit dans le sillage de mes précédentes recherches, tout en élargissant mes domaines de compétence à celui de l’épistémologie et des pratiques des humanités numériques, seront discutés dans un livre et deux articles en anglais. Innovante sur le plan méthodologique comme sur celui de la définition de son objet, cette recherche offrira une contribution essentielle à une histoire critique de la visualisation des données.
-