Project

Back to overview

La mondialisation et le tourisme. L'extension de l'écoumène touristique à l'épreuve du développement durable

English title Globalization and tourism
Applicant Stock Mathis
Number 127041
Funding scheme Project funding (Div. I-III)
Research institution Institut Universitaire Kurt Bösch
Institution of higher education University Institute Kurt Bösch - IUKB
Main discipline Social geography and ecology
Start/End 01.01.2010 - 31.05.2013
Approved amount 184'405.00
Show all

All Disciplines (4)

Discipline
Social geography and ecology
Ethnology
Architecture and Social urban science
Sociology

Keywords (7)

Tourism; Globalisation; Dwelling; Sustainable development; Diffusion; Tourist Places; Cartography

Lay Summary (French)

Lead
Lay summary
Le tourisme a dès son émergence partie liée avec la mondialisation. D'abord pratique élitiste et européenne au début du 19ème siècle, le tourisme s'est diffusé très rapidement hors du conti-nent européen, exploitant et alimentant les canaux de la colonisation du Monde. Aujourd'hui, de nouveaux pays accèdent au mode de production industrielle ainsi qu'à son corollaire, un temps hors-travail utilisable pour des pratiques touristiques. Cette extension de l'"écoumène touristique" est remarquable, car il s'agit de sociétés culturellement aussi différentes que l'Inde, la Chine ou celles du continent latino-américain. Cet avènement ce qu'on pourrait appe-ler le "tourisme de masse mondialisé" ne peut manquer de changer les modalités du tourisme en même temps qu'il s'agit d'un nouvel aspect de la mondialisation. Ces processus nouveaux font émerger les questions suivantes : en quoi l'accès au tourisme des sociétés des pays émergents constitue t-il une nouvelle phase de la mondialisation en général et du tourisme en particulier ? Assiste-t-on, simultanément à cet avènement, à l'émergence de nouvelles pratiques touristiques dans ces différents pays, ou retrouve-t-on, sous des formes imitées, dérivées, adaptées, des pratiques déjà préexistantes dans le contexte européen ? Comment cette mondialisation par le tourisme prend-elle en compte les problèmes du dévelop-pement durable? Pour répondre à ces questionnements, nous avons choisi d'aborder la pro-blématique de la mondialisation par le tourisme par le biais de quatre volets de recherche novateurs, car encore largement sous-exploités par les spécialistes du domaine : 1) l'établissement de données statistiques robustes du tourisme pour une cartographie précise du phénomène; 2) l' analyse du lien entre patrimonialisation et touristification du Monde comme étant l'un des vecteurs de la mondialisation; 3) l'examen minutieux de la circulation de pratiques touristi-ques, voire l'émergence de nouvelles pratiques touristiques; 4) l'évaluation de l'aménagement de nouveaux lieux touristiques dans une perspective de tourisme durable.
Direct link to Lay Summary Last update: 21.02.2013

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Publications

Publication
Reconstructing the globalisation of tourism. A geo-historical perspective
Antonescu Andreea, Stock Mathis (2014), Reconstructing the globalisation of tourism. A geo-historical perspective, in Annals of Tourism Research, 45(1), 77-88.
Une méthodologie pour reconstruire la mondialisation du tourisme
Stock Mathis, Antonescu Andreea (2014), Une méthodologie pour reconstruire la mondialisation du tourisme, in Mondes du tourisme, (9), 2-18.
Reconstruire la mondialisation du tourisme. Une approche géo-historique
Antonescu Andreea, Stock Mathis (2012), Reconstruire la mondialisation du tourisme. Une approche géo-historique.
Tourisme et mondialisation : problèmes conceptuels et méthodologiques
Mathis Stock, Andreea Antonescu (2011), Tourisme et mondialisation : problèmes conceptuels et méthodologiques.

Collaboration

Group / person Country
Types of collaboration
Université de Lausanne Switzerland (Europe)
- in-depth/constructive exchanges on approaches, methods or results
- Publication
Université d'Angers France (Europe)
- in-depth/constructive exchanges on approaches, methods or results
- Publication

Scientific events

Active participation

Title Type of contribution Title of article or contribution Date Place Persons involved
L'importance de l'approche globale en géographie. Colloque ACFAS, Québec Talk given at a conference Habiter le champ touristique mondial 06.05.2013 Québec, Canada, Canada Stock Mathis;
Le tourisme comme facteur de transformations économiques, techniques et sociales : une approche comparative (19e-20e siècles) Talk given at a conference La mondialisation du tourisme. Une approche géo-historique 10.11.2011 Lausanne, Switzerland Antonescu Popescu Andreea; Stock Mathis;


Associated projects

Number Title Start Funding scheme
135390 Entre abîme et métaphormose. Une approche interdiscplinaire du développement des stations touristiques. 01.11.2011 Interdisciplinary projects
146437 La mondialisation du tourisme. Une analyse géo-historique de la constitution du "champ touristique mondial". 01.06.2013 Project funding (Div. I-III)

Abstract

Le tourisme a dès son émergence partie liée avec la mondialisation. D’abord pratique élitiste et européenne au début du 19ème siècle, le tourisme s’est diffusé très rapidement hors du continent européen, exploitant et alimentant les canaux de la colonisation du Monde. Aujourd’hui, de nouveaux pays accèdent au mode de production industrielle ainsi qu’à son corollaire, un temps hors-travail utilisable pour des pratiques touristiques. Le contexte actuel du tourisme est caractérisé par la démultiplication progressive du nombre de touristes internationaux : de 25 millions en 1950 à plus de 900 millions aujourd’hui et on prévoit plus d’un milliard et demi à l’horizon de 2020 (OMT). Cela représentait 1% de l’équivalent de la population mondiale en 1950 et l’équivalent de 15% aujourd’hui. Nous som-mes donc au coeur d’un processus de croissance exponentielle du tourisme. Cette nouvelle phase s’exprime également par la multiplication des lieux destinés à les accueillir, lieux qui relèvent - c’est l’hypothèse fondatrice - de productions originales liées à des pratiques touristi-ques nouvelles. En effet, les pratiques ressemblent à ce que nous connaissons ailleurs sans être identiques. L’objectif de cette recherche vise ainsi à comprendre le modus operandi de cette diffusion du tourisme en des nouveaux lieux. Cette extension de l’écoumène touristique pose les questions suivantes: s’agit-il d’une simple duplication des logiques occidentales ou bien d’une adaptation des modèles occidentaux ou encore d’une invention de nouveaux complexes pratiques/lieux? Comment les expériences occidentales « déterminent » ou non la touristificati-on des lieux et des sociétés non-occidentales ? Cette situation nouvelle d’un tourisme que l’on pourrait appeler „mondialisé et de masse“ pose également la question des contraintes environnementales dans la production et la gestion des lieux touristiques. En effet, plus de touristes signifie logiquement plus de lieux aménagés à cet effet; la question environnementale, sans être nouvelle, a de fait acquis une acuité singulière aujourd’hui par les discours convergents des sphères scientifique, politique et médiatique.Cette extension de l’„écoumène touristique“ est remarquable, car il s’agit de sociétés culturellement aussi différentes que l’Inde, la Chine ou celles du continent latino-américain. Cet avènement ce qu’on pourrait appe-ler le „tourisme de masse mondialisé“ ne peut manquer de changer les modalités du tourisme en même temps qu’il s’agit d’un nouvel aspect de la mondialisation. Ces processus nouveaux font émerger les questions suivantes : en quoi l’accès au tourisme des sociétés des pays émergents constitue t-il une nouvelle phase de la mondialisation en général et du tourisme en particulier ? Assiste-t-on, simultanément à cet avènement, à l’émergence de nouvelles pratiques touristiques dans ces différents pays, ou retrouve-t-on, sous des formes imitées, dérivées, adaptées, des pratiques déjà préexistantes dans le contexte européen ? Comment cette mondialisation par le tourisme prend-elle en compte les problèmes du dévelop-pement durable? Pour répondre à ces questionnements, nous avons choisi d’aborder la problématique de la mondialisation par le tourisme par le biais de quatre volets de recherche novateurs, car encore largement sous-exploités par les spécialistes du domaine : 1) l’établissement de données statistiques robustes du tourisme pour une cartographie précise du phénomène; 2) l’ analyse du lien entre patrimonialisation et touristification du Monde comme étant l’un des vecteurs de la mondialisation; 3) l’examen minutieux de la circulation de prati-ques touristiques, voire l’émergence de nouvelles pratiques touristiques; 4) l’évaluation de l’aménagement de nouveaux lieux touristiques dans une perspective de tourisme durable.Ces interrogations sont façonnées par un cadre théorique dit de l’habiter que nous développons depuis plusieurs années. Cette „théorie de l’habiter“ se focalise sur les „pratiques spatiales“ de différents acteurs qui mobilisent tout à la fois des technologies, des compétences et des espa-ces pour réaliser leur projet. Ce faisant, ils co-constituent des lieux et des configurations spati-ales. Cette théorie de l’habiter mobilise les apports de la phénoménologie (Heidegger, Merleau-Ponty, Schütz) - qui traite des différentes façons d’encoder et de décoder les actions humaines et les (mi)lieux -, de la sociologie processuelle dans la lignée de Norbert Elias - qui traite de la constitution de configurations sociales - , et de la théorie géographique (Benno Werlen, Jacques Lévy, Michel Lussault) - qui traite des conditions spatiales des pratiques humaines.Cette recherche sera mise en oeuvre à travers une méthodologie originale qui mixe des techni-ques de constitution et de traitement de matériaux empiriques quantitatives et qualitatives. D’une part, la constitution d’une base de données robuste multi-scalaire des lieux touristiques - niveau local et niveau national - permettra de déboucher sur une cartographie nouvelle du tourisme. D’autre part, les enquêtes de terrains visent la compréhension de l’assemblage de l’ensemble des pratiques, acteurs et enjeux en se focalisant plus précisément sur trois modali-tés : pratiques nouvelles, patrimonialisation, tourisme et écologie.Ce travail de recherche pourrait également fournir une vision différente de la configuration du „système-Monde“: non plus comme un jeu de « centre-périphérie », mais comme une trame „périphérie-périphérie“ construite par le monde du tourisme. L’enjeu est en effet de confronter nos modèles éprouvés à de nouvelles réalités en constituant un groupe de chercheurs pluridis-ciplinaires et en investissant des terrains originaux. L’insertion dans un réseau de chercheurs mondial - constitué de chercheurs issu de Chine, de France, d’Inde, du Costa Rica et de la Su-isse - est un gage de réussite de ce projet.
-