Project

Back to overview

Low-rise High-density - Nouvelles formes d'habitat en Suisse

English title Low-rise High-density - New forms of housing in Switzerland
Applicant Ortelli Luca
Number 126676
Funding scheme Project funding (Div. I-III)
Research institution Laboratoire de construction et conservation EPFL - ENAC - IA - LCC
Institution of higher education EPF Lausanne - EPFL
Main discipline Architecture and Social urban science
Start/End 01.10.2009 - 30.09.2012
Approved amount 166'970.00
Show all

Keywords (12)

maison à cour; éco-quartiers; développement urbain; low rise - high density; density; housing; courtyard houses; row houses; domestic architecture; sociology; economics; energy in housing

Lay Summary (French)

Lead
Lay summary
Le développement territorial pose une série de problèmes qui concernent les spécialistes aussi bien que le grand public. Il est désormais évident que toutes les transformations territoriales à venir devront réduire leur impact, afin de contenir la " consommation " du territoire et, par conséquent, les coûts énergétiques et d'infrastructures qui en découlent. A l'intérieur de ce cadre, les discussions autour de la densité se multiplient dans les nombreuses disciplines qui s'occupent de la gestion et de la transformation du territoire. La nécessité de parvenir à des paramètres de densité plus élevés - tout en récupérant les effets positifs de l'urbain - devient prioritaire.Les processus de densification actuellement en marche montrent les avantages d'intervenir, dans la mesure du possible, à l'intérieur de zones structurées et déjà urbanisées. En ce qui concerne la réalité suisse, avant de prendre en considération les particularités de son territoire et sa gestion politique et administrative, il convient de se référer aux caractères urbains et périurbains propres à notre pays, au-delà des nombreuses différences géographiques, linguistiques et culturelles au sens large. Tout discours relatif à la densification devra tenir compte de la réalité dans laquelle les processus de densification eux-mêmes se développeront. Cette recherche se concentre sur un type d'habitat spécifique: le quartier low rise - high density.Par "low rise - high density", on entend un ensemble de logements individuels contigus, avec une hauteur maximale de trois niveaux hors terre, édifiés sur des parcelles de dimensions réduites.Différents types de logements pouvant correspondre à ce modèle, l'objet spécifique de la recherche est la maison à cour, ou à patio, caractérisée par la présence d'espaces extérieurs privés clôturés, considérés comme véritables "prolongations" des pièces intérieures.La recherche se pose l'objectif de préciser, entre autres, les densités les plus adéquates et, par conséquent, le nombre d'étages idéal. Un autre point central est le rapport entre répétition et différence. Dans ce contexte, l'objectif de la recherche est de déterminer les modalités de construction d'un quartier doté d'une unité et d'un caractère reconnaissables, malgré l'hétérogénéité architecturale des maisons individuelles. Cette option correspondant mieux aux attentes du public et à une réalisation échelonnée, il s'agira d'envisager une série d'espaces communs en tant qu'éléments unificateurs, mais également en tant que lieux de rencontre à vocation urbaine pour les habitants.À l'origine de ce projet de recherche se trouve la volonté de réunir des compétences diverses, associées dè
Direct link to Lay Summary Last update: 21.02.2013

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Name Institute

Knowledge transfer events

Active participation

Title Type of contribution Date Place Persons involved
Milano Dencity Lab Talk 17.01.2012 Milano, Italie, Italy Conti Luca;


Communication with the public

Communication Title Media Place Year
Talks/events/exhibitions Das Neue Frankfurt, la revue et l'étude du type architectural Western Switzerland 2010
Talks/events/exhibitions Low Rise High Density, nouvelles formes d'habitat en Suisse Western Switzerland 2010

Abstract

Le développement territorial pose une série de problèmes qui sont placés aujourd’hui sous la loupe des spécialistes aussi bien que du grand public. Il est désormais évident que toutes les transformations territoriales à venir devront réduire leur impact, afin de contenir la « consommation » du territoire et, par conséquent, les coûts énergétiques et infrastructurels qui en découlent. A l’intérieur de ce cadre, les discussions autour de la densité se multiplient dans les nombreuses disciplines qui s’occupent de la gestion et de la transformation du territoire. La nécessité de parvenir à des paramètres de densité plus élevés - tout en récupérant les effets positifs de l’urbain - devient prioritaire.Les processus de densification actuellement en marche montrent les avantages d’intervenir, dans la mesure du possible, à l’intérieur de zones structurées et déjà urbanisées. Cette tendance à la densification considérée comme réponse et alternative à l’urban sprawl ne manque pas, cependant, de poser des problèmes de nature variée. En ce qui concerne la réalité suisse, avant de prendre en considération les particularités de son territoire et sa gestion politique et administrative, il convient de se référer aux caractères urbains et périurbains propres à notre pays, au-delà des nombreuses différences géographiques, linguistiques et culturelles au sens large. Tout discours relatif à la densification devra tenir compte de la réalité dans laquelle les processus de densification eux-mêmes se développeront. Cette recherche se concentre sur un type d’habitat spécifique : le quartier low-rise high-density (à bas gabarits et haute densité) composé de maisons familiales individuelles à cour et en ordre contigu. La recherche se pose l’objectif de préciser, entre autres, les densités les plus adéquates et, par conséquent, le nombre d’étages. Ce choix est déterminé par la volonté d’offrir un habitat répondant aux particularités suisses, aux attentes et aux désirs de la majorité de la population qui continue, malgré tout, de rêver d’une maison individuelle avec jardin à proximité d’une ville (Salomon Cavin, 2005). L’adoption de la maison à cour constitue une alternative à la villa suburbaine, mais exige la mise au point d’un rapport précis entre intérieur et extérieur, selon l’affirmation célèbre de Le Corbusier : Le dehors est toujours un dedans. Au-delà des implications d’ordre spatial et constructif, une telle démarche devra prendre également en compte les potentialités de ce type architectural en matière d’économie d’énergie et de confort. L’autre point central que la recherche se propose d’approfondir est le rapport entre répétition et différence. En effet, les grands exemples de l’architecture moderne dans le domaine de l’habitat proposent des variations typologiques assez limitées. Dans la construction de Siedlungen, par exemple, les variations typologiques s’opèrent à l’échelle des îlots ou d’ensembles de plusieurs bâtiments, le registre architectural étant systématiquement basé sur la répétition. Dans ce contexte, l’objectif de la recherche est de déterminer les modalités de construction d’un quartier doté d’une unité et d’un caractère reconnaissables, malgré l’hétérogénéité architecturale des maisons individuelles. Cette option correspondant mieux aux attentes du public et à une réalisation échelonnée, il s’agira d’envisager une série d’espaces communs en tant qu’éléments unificateurs mais également en tant que lieux de rencontre à vocation urbaine, pour les habitants (de tels espaces étant cruellement absents dans les quartiers de villas).Ses lignes de recherche seront abordées et développées en collaboration avec des compétences autres que celles de l’architecture, notamment à partir de l’environnement académique existant à l’intérieur de la Faculté ENAC - EPFL.
-