Project

Back to overview

L'émergence d'un modèle social européen (1919-1949): une approche transnationale.

English title The emergence of a European social model (1919-1949) : a transnational perspective
Applicant Sandrine Kott
Number 122399
Funding scheme Project funding
Research institution Institut européen de l'Université de Genève
Institution of higher education University of Geneva - GE
Main discipline General history (without pre-and early history)
Start/End 01.11.2008 - 31.10.2011
Approved amount 506'575.00
Show all

Keywords (4)

European History; Transnational networks; International Organizations; Social policies

Lay Summary (French)

Lead
Lay summary
Ce projet vise à étudier le rôle de divers acteurs internationaux et nationaux dans l’élaboration de modèles d’action et de normes de référence qui président durant cette période à l’émergence d’un « modèle social européen ». Elle participe d’une démarche historiographique qui souligne que la genèse des dispositifs de protection sociale nationale s’alimente des discussions et de la diffusion transnationale d’idées, de projets et de pratiques. Notre problématique se caractérise par la volonté de comprendre les logiques institutionnelles, matérielles et humaines présidant à ces transferts d’expérience en exploitant la diversité des sources (publiées ou non) des organisations internationales et des ONG comme de différents ministères nationaux. Elles doivent nous permettre de saisir les modalités d’élaboration de normes dénationalisées, potentiellement exportables dans l’ensemble de l’espace européen, et appropriées par différentes autorités nationales. L’étude de ce triple mécanisme est au cœur d’une analyse qui vise à explorer les causes et les effets du processus de globalisation sur les conditions nationales d’élaboration de la gouvernance sociale durant l’entre-deux-guerres.Ce projet portera une attention particulière aux processus constitutifs de cet échange international en s’attachant à étudier ceux qui le promeuvent et les lieux où ils se produisent (organisations internationales gouvernementales et non gouvernementales, administrations nationales). Dans une perspective prosopographique, nous étudierons les logiques de recrutement, de formation, et les parcours des experts et fonctionnaires des organisations transnationales et des administrations nationales. Une analyse des programmes qu’ils élaborent et du langage commun qu’ils utilisent dans trois domaines privilégiés (chômage, assurances sociales et politiques de l’enfance) nous conduira à nous interroger sur la constitution et l’influence de « communautés épistémiques » transnationales dans le domaine de la protection sociale.L’efficacité de cette démarche exige une variation des échelles d’observation. On s’attachera ainsi à conjuguer l’analyse des organisations étudiées, des projets débattus et des réseaux d’acteurs construits pour les diffuser, à l’étude approfondie des interactions existant entre ces laboratoires transnationaux et les terrains nationaux. En croisant l’étude de trois champs d’intervention importants (chômage, assurances sociales, politiques de l’enfance) et l’analyse d’un terrain national spécifique (la politique sociale britannique et ses surfaces de contact avec les organismes transnationaux) on se donne les moyens d’étudier précisément les modalités de construction de ces laboratoires transnationaux du social, les normes et les pratiques qui y sont élaborées comme leurs effets sociaux et politiques sur des terrains nationaux.
Direct link to Lay Summary Last update: 21.02.2013

Responsible applicant and co-applicants

Employees

Associated projects

Number Title Start Funding scheme
125606 Politiques sociales transnationales. Réseaux réformateurs et Organisation internationale du travail (1900-1980) 01.05.2009 Scientific Conferences
137036 Peasants, Poverty and Politics. The Emergence of Global Labour Standards in Agriculture, 1930-1960 01.09.2012 Ambizione
136306 Patterns of transnational regulation: how networks and institutions shaped societies and markets throughout the 20th C. 01.02.2012 Sinergia

Abstract

La présente requête vise à étudier le rôle des instances internationales, organisations internationales gouvernementales ou non, mais aussi de différents acteurs nationaux dans l’élaboration de modèles d’action et de normes de référence qui ont contribué à dégager durant cette période l’architecture d’un « modèle social européen », dont l’avènement après 1949 constituera une matrice de la construction européenne. Notre projet s’inscrit dans une historiographie en constitution qui tend à montrer que la genèse des dispositifs de protection sociale s’ancre tout autant dans des logiques de production nationale de l’innovation sociale que dans des processus cinétiques de discussion et de diffusion transnationale des idées et des projets. Notre objectif est d’étudier les processus de transferts et d’échanges entre diverses expériences nationales, ainsi que les lieux où ils s’opèrent, les réseaux et les acteurs collectifs ou individuels qui les ont portés durant la période de 1919 à 1949. Notre problématique se caractérise par la volonté de comprendre les logiques institutionnelles, matérielles et humaines présidant à ces transferts d’expérience en exploitant la diversité des sources (publiées et non publiées) des organisations internationales et des OING mais aussi de différents ministères nationaux. L’exploitation de ces archives institutionnelles de première main (correspondances, rapports internes, documents de travail à leurs diverses phases d’élaboration, etc.) représente l’axe central de notre projet, en ce qu’elle débouche sur la mise au jour des logiques de transferts telles qu’elles se sont construites en temps réel. Ces sources originales devront nous permettre de saisir les modalités d’élaboration de normes dénationalisées, potentiellement exportables dans l’ensemble de l’espace européen, et appropriées par différentes autorités nationales. Ces mécanismes d’élaboration, de transmission, de circulation et d’appropriation des idées et des techniques seront au cœur d’une analyse qui vise à explorer les causes et les effets du processus de globalisation sur les conditions nationales d’élaboration de la gouvernance sociale durant l’entre-deux-guerres.Plusieurs axes méthodologiques découlent de cette direction de recherche. Tout d’abord, ce projet portera une attention particulière aux processus constitutifs de cette sémantique de l’échange international en s’attachant à étudier ceux qui l’incarnent et les lieux où ils se produisent (organisations internationales gouvernementales et non gouvernementales, administrations nationales). On s’attachera ainsi en particulier à étudier les logiques de recrutement, de formation, et de représentation des experts au sein des organisations transnationales et des espaces nationaux. Nous tenterons en particulier d’explorer à travers cette démarche la notion de communauté épistémique en nouant systématiquement l’analyse prosopographique des experts et fonctionnaires internationaux à une étude des programmes qu’ils élaborent et du langage commun qu’ils utilisent pour les fabriquer et les diffuser sur les scènes nationales et internationales.Cette démarche analytique sera rendue possible par la mise en œuvre d’une autre option méthodologique forte, celle de la variation des échelles d’observation. En croisant l’étude de thématiques fondatrices sur lesquelles les organisations internationales ont tenté d’élaborer de nouvelles normes de gestion et de régulation (l’assurance-chômage, les assurances sociales et les politiques sociales centrées sur l’enfance) à l’analyse d’un case study spécifique (la politique sociale britannique et ses surfaces de contact avec les organismes transnationaux) on créera un effet de connaissance et d’explicitation qui donnera à voir les modalités de construction de ces laboratoires transnationaux du social. On s’attachera donc particulièrement à conjuguer une analyse internaliste des organisations étudiées, des projets débattus et des réseaux construits pour les diffuser, à une étude approfondie des interactions existants entre ces laboratoires transnationaux et les terrains nationaux.
-