Publication

Back to overview Show all

Original article (non peer-reviewed)

Journal Recherche Agronomique Suisse
Volume (Issue) 9(6)
Page(s) 192 - 199
Title of proceedings Recherche Agronomique Suisse

Abstract

Les apports raisonnés de phosphore (P) et de potassium (K) sur une prairie visent à maintenir une composition botanique adéquate et à produire une quantité suffisante de fourrage sans provoquer de pertes de P et K dans l’environnement. Huit niveaux de fertilisation P et K ont été appliqués pendant 13 ans sur une prairie permanente du Jura exploitée de façon peu intensive. Des apports croissants de P (entre 0 et 26 kg P/ha/an) et de K (entre 0 et 116 kg K/ha/an) ont permis d’améliorer la disponibilité de ces éléments dans le sol. La fertilisation PK a peu influencé la composition botanique, mais elle a eu un effet significatif et positif sur la quantité de fourrage à partir de la 10e année. Les teneurs en P et K du fourrage ont nettement augmenté avec l’accroissement des apports PK. Sur la base de la teneur en P du sol, de la composition botanique, de la quantité de fourrage et de sa teneur en P, du bilan apports – exportations et de l’indice de nutrition PNI, un apport annuel compris entre 9 et 17 kg P/ha/an peut être considéré comme optimal pour ce type de prairie produisant environ 45 dt MS/ha/an. La dose optimale de K est plus difficile à cerner car elle varie beaucoup selon l’indicateur pris en compte.
-