Lead
L’ostéoporose est un problème majeur de santé publique qui deviendra encore plus important dans les prochaines décennies avec le vieillissement de la population, ce qui est particulièrement vrai pour la Suisse. Les conséquences cliniques de l`ostéoporose sont les fractures de fragilité, associées à une augmentation significative des décès et des placements en établissement médico-social. Malgré les efforts continus déployés pour améliorer l’évaluation du risque de fracture, les outils actuels ne permettent pas de prédire plus de 30-50% d’entre elles.

Lay summary

Notre objectif est (i) de réaliser le suivi à 10 ans d’OsteoLaus qui est la seule étude prospective Suisse de femmes ménopausées de cette durée et avec autant de données; (ii) d’étudier la gestion actuelle de l’ostéoporose par les médecins en Suisse, l’incidence des fractures et leurs associations avec des paramètres cliniques, biologiques, issus de l’imagerie par DXA (ex. densité osseuse, micro- and macro-architecture, composition corporelle totale et segmentaire), et de la génétique; (iii) d’explorer des paramètres qui pourraient représenter de bons et nouveaux prédicateurs de la fracture en utilisant des approches par l’intelligence artificielle (IA – supervisée, non supervisée,…); (iv) de comparer le rapport coût-efficacité de la gestion actuelle avec celles suggérées par les approches avec l’IA ; (v) de définir des groupes de patientes qui devraient être gérées différemment selon leurs profils de risque. Par exemple, contrairement à ce qui se fait aujourd’hui, deux femmes présentant un risque fracturaire identique ne devraient pas être traitées de la même manière ; en effet, le choix du traitement devrait dépendre des causes. Traiter les patientes en fonction des causes des risques accrus de fracture permettrait une approche plus personnalisée de la prise en charge de l’ostéoporose.

Ce projet, à notre connaissance le premier du genre dans le domaine de l’ostéoporose, permettra une forte collaboration interdisciplinaire entre médecins, physiciens, mathématicien-informaticiens et économistes pour offrir des solutions à un problème de santé publique majeur. Il permettra de développer une approche novatrice de l’évaluation du risque de fracture et d’améliorer la gestion de l’ostéoporose en intégrant une approche plus personnalisée.