Lead
L'intensité d'utilisation des terres agricoles et le niveau de fertilisation des cultures dans les pays d'Europe de l'Est se distinguent des pratiques réalisées dans les pays d'Europe occidentale. Le projet contribuera à améliorer les pratiques en matière de gestion de la fertilisation des cultures agricoles grâce à une utilisation plus efficace des éléments nutritifs (N, P, K, Mg, Ca, S, ...) du sol et des engrais appliqués. L’objectif est d’atteindre une production agricole élevée tout en réduisant l'impact négatif sur l’environnement.

Lay summary

Titre du projet de recherche

Améliorer les connaissances de base et l’infrastructure existante afin d’augmenter l'efficacité d'utilisation des nutriments en agriculture, et de réduire l'impact négatif de l'agriculture sur l'environnement

Contenu et objectifs du travail de recherche

La plupart des anciens pays communistes d'Europe de l'Est ont développé des systèmes agricoles fondés sur l'agriculture collective avec tous les problèmes qu'un tel système de gestion peut apporter - inefficacité de la production agricole, mauvaise utilisation des engrais, respect de l'environnement peu pris en compte, etc. En particulier, l'utilisation optimale des engrais azotés et phosphatés est très importante à cause des pertes par lixiviation de N et P des sols agricoles vers les eaux (souterraines et de surfaces), et du risque d'eutrophisation de l'eau.

L'échange mutuel de connaissances et d'expériences sera axé selon les thèmes suivants : (i) le cycle des éléments nutritifs dans les agroécosystèmes et la comparaison des méthodes d'analyse utilisées dans les pays partenaires pour la détermination de la disponibilité des éléments nutritifs et leur efficacité ; (ii) les impacts environnementaux de l'utilisation des terres (pertes d'éléments nutritifs, acidification des sols agricoles et eutrophisation des eaux de surface) et (iii) agriculture conventionnelle et biologique (efficacité d’utilisation des éléments nutritifs).

Contexte scientifique et social du projet de recherche

Le projet bénéficiera aux institutions partenaires au niveau de la recherche (améliorer les outils de gestion de la fertilisation locale), dans le domaine de la formation (meilleures systèmes de recherche et d’éducation universitaire) et, simultanément, sera utilisé pour transférer de nouvelles connaissances aux services de vulgarisation (conseillers agricoles et agriculteurs).

21 juin 2015