Lead
Les traductions en arabe du Nouveau Testament ont été un phénomène important dès l’expansion de l’Islam et de la langue arabe, comme le montre le nombre important de manuscrits arabes du Nouveau Testament. Toutefois, ce champ de recherche, et particulièrement les lettres de Paul de Tarse, a été négligé depuis la fin du 19e s. Un regain d’intérêt se dessine aujourd’hui pour ces manuscrits, en lien aux débats identitaires religieux contemporains, ainsi qu'à l’émergence de la culture digitale. Cette recherche s'y inscrit et appartient à l'histoire des lectures du Nouveau Testament.

Lay summary

Cette recherche a pris comme point de départ un double constat : le désintérêt marqué de la critique textuelle pour les manuscrits arabes du Nouveau Testament dans la seconde moitié du 20e s.; la reprise progressive de ce champ de recherche depuis quelques années. En effet, depuis les imposants volumes de Graf  en 1944, le champ a été peu travaillé et rares sont les manuels de critique textuelle du Nouveau Testament où cette question dépasse une page avec une mince bibliographie. Cette recherche a enquêté sur les raisons de cet état de fait, et participe à la reprise de ce champ d’étude en mettant à jour la liste des manuscrits arabes des lettres de Paul de Tarse et en éditant la première épître aux Corinthiens en arabe, dont elle relève les particularités exégétiques. Elle s'inscrit dans le courant de la critique textuelle du Nouveau Testament nommé «narrative textual criticism» et rend compte de l'histoire des lectures du Nouveau Testament en contexte multiculturel.
Ce projet, conduit par la Dr. Claire Clivaz, a permis de former une jeune chercheuse néotestamentaire, Sara Schulthess, à la recherche sur les manuscrits arabes du Nouveau Testament, un champ d’études actuellement absent de Suisse, ainsi qu'aux Humanités Digitales, en particulier à l'encodage électronique (TEI). Il a demandé l'acquisition de plusieurs compétences dans le cadre d’une co-tutelle établie entre le co-directeur du fonds, le prof. David Bouvier, Section des Sciences de l'Antiquité, Université de Lausanne, et le prof. Herman Teule, directeur de l’Institute of Eastern Christian Studies de l’Université de Nimègue, aux Pays-Bas. La thèse a été défendue et obtenue le 15 septembre 2016 à Nimègue, le pré-colloque de thèse s'étant déroulé à Lausanne. Le pdf du livre de thèse publié est disponible en open access sur le site de l'Université de Nimègue :  http://hdl.handle.net/2066/159141
Grâce au soutien de Vital-IT (Institut Suisse de Bioinformatique), Sara Schulthess a pu également réaliser une édition électronique en open access de la 1ère lettre aux Corinthiens, en collaboration avec Martial Sankar (SIB, Vital-IT) : tarsian.vital-it.ch