Lead
L'objectif de ce projet est d'étudier le rôle du facteur de croissance des fibroblastes 21 (FGF21) en tant que lien entre le métabolisme et la reproduction.

Lay summary

Chez les humains comme chez les animaux, il existe un lien entre le métabolisme (la façon dont l’apport calorique est traité et utilisé) et la reproduction. Par exemple, la reproduction est altérée dans les états d’apport calorique excessif (obésité) ou insuffisant (malnutrition). D’une façon générale, l'objectif de ce projet est d'étudier le rôle du facteur de croissance des fibroblastes 21 (FGF21) en tant que lien entre le métabolisme et la reproduction.

Des études antérieures sur des animaux ont montré qu’administrer FGF21 a plusieurs effets: il améliore le métabolisme du sucre (sensibilité à l'insuline), diminue les taux de triglycérides (un type de cholestérol) et stimule la perte de poids. D'autres études indiquent que FGF21 est contrôlé par des rythmes biologiques naturels (horloge circadienne). De plus, nos travaux précédents ont identifié que les facteurs de croissance des fibroblastes jouent un rôle essentiel chez les patients souffrant d'infertilité secondaire à l’absence d'une hormone qui contrôle la reproduction, l’hormone de libération de la gonadotropine.

Dans ce projet, nous rassemblons des chercheurs en génétique humaine, biologie structurale, chronobiologie (horloge circadienne) et métabolisme, afin d'approfondir notre compréhension de la biologie de FGF21. L'objectif principal de ce projet est donc d'établir FGF21 comme un lien entre le métabolisme énergétique, le contrôle neuro-endocrinien de la reproduction (hormones cérébrales) et l'horloge circadienne et ce, au moyen d'études sur les cellules, les souris et les humains.

Les données obtenues par ces études nous permettront de mieux comprendre les effets de FGF21 sur le métabolisme et la reproduction. Ces domaines sont particulièrement importants parce que les troubles métaboliques (diabète) et de la reproduction (infertilité) affectent la santé individuelle en même temps qu’ils ont des conséquences économiques négatives pour la société. Ces études constituent la première étape dans le développement de nouvelles approches pour traiter ces pathologies.