Lead


Lay summary
Depuis les années 1970-80, la recherche épigraphique a évolué en fonction des nouveaux intérêts des archéologues et des historiens notamment pour l’histoire du quotidien des populations. Les études consacrées aux inscriptions mineures sur instrumentum ou sur un élément de construction se sont multipliées jusqu’à prendre une place importante au sein des recherches archéologiques, linguistiques et historiques. L’étude des graffiti sur céramique d’Avenches s’inscrit dans un nouveau dynamisme pour l’étude des inscriptions mineures perceptible à l’échelle suisse et européenne. Le nombre de graffiti répertorié par Richard Sylvestre est de 1920 pièces et représente le plus grand corpus jamais réuni en Suisse. Il constitue de plus un ensemble statistiquement suffisant pour établir des tendances qui puissent servir de repères fiables dans l’analyse d’autres corpus plus restreints. À l’heure actuelle, aucune étude n’avait encore été entreprise sur les graffites d’Avenches. Quelques inscriptions apparaissent dans certaines études céramologiques, mais elles ne font pas l’objet de commentaires particuliers. Les inscriptions gravées sur pierre demeurent les seuls indices épigraphiques qui apportent des renseignements sur les aspects socio-économiques et culturels de la population de la Cité des Helvètes. Il convient cependant de préciser que ces inscriptions ont un caractère officiel alors que les graffites nous permettent d’aborder des thématiques liées au quotidien des populations. Pourtant qualifiés d’inscriptions mineures, les graffiti sont à même de livrer d’importants renseignements concernant la composition de la société, l’économie et la culture romaine. Le présent travail se veut le plus systématique possible. Il considère, bien entendu, les inscriptions elles-mêmes, soumises à une analyse linguistique et paléographique, mais aussi le support sur lequel elles apparaissent, et enfin leur contexte de découverte. Une approche quantitative précise, facilitée par l'emploi d'une base de données informatisée, permet d'explorer les rapports existant entre ces différents éléments. L’étude des inscriptions ne permet pas uniquement de donner quelques noms aux habitants de la Cité, mais aussi parfois de déterminer leurs origines, leur statut et la condition de la population (féminine notamment), de fournir quelques indices sur la vie quotidienne ainsi que sur les modes de consommation, les pratiques commerciales et religieuses. Nous établirons ainsi des liens entre les graffites et la population d’Aventicum, en abordant des thèmes comme la notion de propriété individuelle, les effets de la romanisation et la persistance des traditions celtiques. Leur étude fournit également de nombreux renseignements sur la langue, l’écriture, mais aussi sur l’éducation, le degré d’alphabétisation et le système graphique employé par les habitants. Le nombre très important de lettres constitue en outre un ensemble convenable pour former un abécédaire local.